Alors que le problème d'odeurs visant l'usine Kruger de Trois-Rivières persiste, selon des citoyens qui habitent près des lieux, ceux-ci se disent aussi importunés par le bruit depuis la conversion de la machine numéro 10. L'entreprise dit avoir pris les choses en main et assure que le problème devrait être réglé sous peu.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Des résident de Trois-Rivières, voisins de l’usine Kruger, affirment que le bruit s’est intensifié et qu’il est plus fréquent depuis plusieurs mois.

Certains comparent ce bruit au décollage d’un avion. C'est le cas de Roger Duberger qui, comme voisin de l'usine depuis sa naissance, est habitué aux bruits qui proviennent de Kruger.

Mais, selon lui, depuis plusieurs mois, c'est du jamais vu.

Après avoir déposé des plaintes au ministère de l’Environnement, Réal Proulx a abandonné ses démarches. Il a l’impression qu’on ne l’a pas pris au sérieux.

« Le Ministère a envoyé un technicien, mais ce n’était pas convaincant. Il me donnait des arguments pour dire que ce n’était pas si grave, que c'était endurable. »

Par ailleurs, les plaintes et les commentaires de clients à ce sujet s’accumulent depuis plusieurs semaines à l’hôtel Rodeway Inn, situé en face de l’usine du boulevard Gene H. Kruger.

La directrice, Lucie Léveillé, dit avoir constaté que les bruits émanant de l’usine sont plus intenses qu’avant.

Elle dit comprendre que la résolution de ce problème peut représenter un défi majeur pour l'entreprise, mais elle espère qu'il soit réglé rapidement afin d'éviter d'autres pertes financières.

Problème identifié

Dans une déclaration écrite, Kruger dit avoir identifié le problème de bruit il y a quelques mois déjà et affirme que plusieurs experts ont été consultés afin de trouver la meilleure solution.

Le bruit proviendrait des évents de vapeur qui surviennent lorsque la feuille casse sur la machine.

D’ailleurs, la journée même où Radio-Canada a interpellé la compagnie, on nous a fait savoir qu’on procédait à l’installation d’un nouvel équipement qui permettrait de régler le problème.

Nous avons questionné le ministère de l’Environnement à ce sujet afin de connaître, entre autres, le nombre de plaintes déposées au cours de la dernière année, mais nous n’avons pas eu de réponse.

Le mystère des odeurs

Tous les citoyens rencontrés au sujet du bruit disent aussi être toujours incommodés presque quotidiennement par des odeurs provenant de l'usine.

Kruger, qui rappelle avoir effectivement constaté l'an dernier un problème du côté des boues de procédé qui étaient entreposées, affirme que des mesures déployées ont réglé la situation.

« Plus récemment, nous avons agi de façon proactive lorsque nous avons vu qu’une canicule allait frapper le Québec, nous avons pris des mesures préventives comme l’ajout d’un produit neutralisant dans nos boues de procédé », mentionne la porte-parole de Kruger, Paule Veilleux-Turcotte.

Elle ajoute que l'entreprise a fait ses devoirs depuis l'an dernier et que des firmes externes ont conclu que les niveaux d'odeurs étaient normaux. Kruger se demande ainsi si l'odeur dont les citoyens parlent provient vraiment de son usine.

Plus d'articles