Retour

Attentats de Bruxelles : nombreuses réactions en Mauricie et au Centre-du-Québec

Les réactions ont été nombreuses en Mauricie et au Centre-du-Québec à la suite des attentats meurtriers de Bruxelles.

Les autorités municipales de Drummondville, Trois-Rivières, Shawinigan et Victoriaville ont ordonné la mise en berne des drapeaux à leurs hôtels de ville.

Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, est dans la capitale belge, en mission économique, notamment avec le directeur général de la Société de développement économique de Drummondville, Martin Dupont. Ils ont été confinés toute la journée à leur hôtel, situé près de la station de métro Maelbeek, où s'est produite une des attaques.

Stéphane Sobczak, professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières, était à Bruxelles il y a deux semaines. Il a été ébranlé d'apprendre qu'il y a eu des attentats. « On connait les lieux. Les amis sont là et c'est ça qui rend les choses si difficiles. Ce qui est certain c'est qu'on doit continuer à vivre puisque ce qui est recherché par ces organisations, c'est de faire peur aux gens. »

Eddy Verbeeck est attaché politique du député fédéral de Trois-Rivières. Originaire de Belgique, monsieur Verbeeck a encore de la famille et des amis à Bruxelles. Il a été très secoué par ce qui s'est produit. Sa tante habite à une station de métro de celle où a été commis l'un des attentats. « Dans mon esprit, il y a une colère. Les terroristes ne peuvent plus cibler des endroits où il y a beaucoup de surveillance, donc ils s'essaient et réussissent dans des lieux très fréquentés et c'est vraiment très lâche. C'est horrible. On peut imaginer les enfants, leurs parents, les petits écoliers qui reviennent de l'école. Ça me chagrine énormément. »

Martin Francoeur, journaliste au quotidien Le Nouvelliste, a lui aussi, traversé toute une gamme d'émotions. Son conjoint réside à Bruxelles. « C'est une tristesse et c'est une inquiétude aussi parce que j'ai des amis très proches là-bas et la belle famille aussi. »

Plus d'articles

Commentaires