Retour

Avoir l’esprit d’équipe au football lorsqu’on vient d'une famille de quinze enfants

Deux frères participent à une compétition de football avec les Vikings de La Tuque, seulement trois mois après avoir fait leurs débuts à ce jeu. Ils se démarquent de par leur esprit d'équipe, peut-être parce que leur famille étonnante compte quinze enfants.

Un texte de Claudie Simard

À seize ans, Ezékiel est l’un des cinq enfants biologiques de la famille Godfrey. Son frère David a quinze ans et il a été adopté en Ukraine en 2012, avec trois de ses frères et sœurs biologiques.

Leurs parents, Agnès et Israël-Luc Godfrey, ont adopté dix enfants de différents pays : Viêtnam, Honduras et Ukraine.

Cet été, la famille de dix-sept persones a quitté Bécancour pour emménager à La Tuque.

Avec leur équipe, les Vikings, les deux frères participaient à la finale interrégionale où l'école secondaire Champagnat de La Tuque affrontait le Collège Nouvelles Frontières de Gatineau.

Une agréable surprise pour ces nouveaux venus du football dans le réseau scolaire.

Leur entraîneur Pierre Ayotte dit avoir été impressionné de bien des façons par les deux jeunes hommes.

Il estime qu’avec treize frères et sœurs, les deux adolescents se distinguent de par leur maturité, qu’il attribue à leur vie de famille unique.

Le sport qui crée des liens

Si Ezékiel et David jouent au football pour la première fois, c’est parce que la proximité de l’école à La Tuque le permet.

Sa mère Agnès explique que lorsqu’ils habitaient Bécancour, il n’était pas possible de faire l’aller-retour à Trois-Rivières les soirs de semaine pour permettre à Ezékiel de faire partie de l’équipe de son école.

Leur nouvelle vie permet aux garçons de se greffer à l’équipe de l’école ; une façon de créer un lien d'appartenance selon le Réseau du sport étudiant du Québec.

Le porte-parole Sean Cannon estime que « ça leur donne une raison de mettre leurs culottes le matin et d'aller à l'école, de voir leurs chums et de se dépasser ».

En plus d’être un outil de persévérance scolaire, le sport étudiant est aussi une façon pour David de s’intégrer dans sa nouvelle ville, qu'il apprécie.

À savoir s’ils ont l’intention de faire du football une avenue professionnelle, Ezekiel répond que ce sport restera peut-être simplement une façon de s’amuser.

De toute façon, sa mère Agnès le rappelle : « on est super fier de nos enfants, peu importe ».

Avec les informations de Catherine Bouchard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine