Retour

C'est parti pour la 5e saison de course de chevaux à l'hippodrome de Trois-Rivières

Entre 3000 et 3500 personnes ont convergé pour le coup d'envoi de la nouvelle saison de courses de chevaux dimanche après-midi à l'hippodrome de Trois-Rivières.

L'ouverture de la 5e saison depuis le retour des courses de chevaux en Mauricie a été marquée par onze courses pilotées par près d'une centaine de participants. 

Le directeur général du Club Jockey du Québec, Vincent Trudel, est optimiste pour la saison à venir. « Il y a une augmentation des paris, on le note déjà aujourd'hui, se réjouit-il. On sent dans les premières courses que le pari est supérieur cette année que lors des premières courses de l'année dernière. »

En tout, 40 programmes de courses auront lieu les dimanches et les mardis jusqu'au 13 novembre.

Poursuivre sa croissance

Le Club Jockey du Québec souhaite, au cours des 5 prochaines années, plus que doubler le nombre de courses présentées à Trois-Rivières, mais aussi possiblement en présenter ailleurs au Québec. Le directeur général Vincent Trudel précise toutefois que l'hippodrome de Trois-Rivières demeurera le siège social du club.

« Pour l'instant, on est à 40 programmes, notre objectif éventuellement avec le plan d'affaires qu'on présente au gouvernement, c'est de monter jusqu'à 100 programmes dont 80 qui seraient ici à Trois-Rivières », dit-il ajoutant qu'un nouvel hippodrome pourrait même éventuellement être construit dans la région de Montréal si de nouvelles sources de financement sont trouvées. 

Le Club Jockey du Québec a présenté récemment un plan d'affaires au gouvernement dans lequel il sollicite notamment un partenariat avec Loto-Québec. Il demande un réinvestissement de la taxe sur les courses de chevaux, qu'il chiffre à plus de 2 millions $ par année, dans l'industrie comme c'est le cas en Ontario et dans plusieurs états américains.

« Si on avait cette taxe, on augmenterait de 50% le nombre de programmes donc on augmenterait le nombre de chevaux, lance le directeur général du club. Un cheval de course, c'est l'équivalent de 1,1 emploi à temps plein, donc ça un impact majeur. »

Le club estime à 2000 le nombre d'emplois qui pourraient être créés si le plan d'affaires présenté va de l'avant.

L'an dernier, plus de 70 000 personnes ont franchi les tourniquets de l'hippodrome. Les paris mutuels ont rapporté 2,8 millions $ à Trois-Rivières seulement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine