Retour

Caisses Desjardins : deux autres fermetures en Mauricie

Deux autres points de services de Desjardins ferment leurs portes, en Mauricie. Les comptoirs de Saint-Prosper-de-Champlain et de Saint-Luc-de-Vincennes serviront leurs derniers clients vendredi à 15 h.

Un texte de Pierre-André Cloutier

Le maire de Saint-Prosper, Michel Grosleau, ne décolère pas. Selon lui, les membres du Mouvement Desjardins n'ont plus de pouvoir. Il dénonce vertement la décision du conseil d'administration de la Caisse Desjardins du Sud des Chenaux de fermer le centre de services de sa municipalité.

« Si on s'en va tous vers là, on n'aura plus de services. Comment attirer les gens, les jeunes familles qui veulent venir s'installer chez nous? », affirme monsieur Grosleau, qui a d'ailleurs l'intention de demander à la Fédération québécoise des municipalités d'intervenir.

Le maire de Saint-Luc-de-Vincennes, Jean-Claude Milot, est aussi déçu de la tournure des événements, mais semble toutefois plus résigné. Il affirme que la direction de la Caisse Desjardins du Sud des Chenaux est intraitable sur la question.

« Qu'une poignée de mécontents », selon la direction de la Caisse

Le directeur de la Caisse Desjardins du Sud des Chenaux, Charles Massicotte Bourbeau, affirme que l'achalandage aux deux comptoirs était en baisse de 19 % en moyenne au cours des deux dernières années. « Je pense qu'on est vraiment très présents. Par contre, comme toute entreprise, on doit s'assurer de répondre à l'achalandage des gens », explique-t-il.

Charles Massicotte Bourbeau ajoute que les 141 utilisateurs des deux points de service ont été contactés afin d'assurer une transition en douceur vers les points de services de Saint-Anne-de-la-Pérade et de Champlain. De plus, un service de navette sera mis en place aux deux semaines afin que les personnes sans moyen de déplacement puissent se rendre à leur point de services.

Le directeur de la caisse assure que ces fermetures n'ont fait qu'une poignée de mécontents. Cependant, sur place, les citoyens semblaient tout aussi déçus que leurs élus de la situation. Si certains déplorent que les commerces et services désertent leur municipalité un à un, d'autres ajoutent que la fermeture des centres de services de Desjardins va à l'encontre de l'esprit du fondateur, Alphonse Desjardins.

« Au contraire, rétorque Charles Massicotte Bourbeau, Alphonse Desjardins a fermé une quarantaine de caisses de son vivant. Des caisses qui n'étaient pas viables. »

Plus d'articles

Commentaires