Bien que l'ouverture officielle de la nouvelle saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) n'aura lieu que dans un mois, toutes les équipes sont actuellement à pied d'oeuvre afin de composer l'alignement de ces joueurs qui porteront les chandails des différentes formations. Un exercice exigeant, tant pour les hockeyeurs que pour les directions d'équipes.

Une chronique de Jean Marc Robichaud

Dans le monde du hockey contemporain, l'été est loin d'être ce moment de dolce vita qui marque le cycle annuel d'une formation. Certes, l'athlète s'y repose, loin du fourmillement des rencontres, de la vie publique et de la ronde des études. Mais oublions l'illusion de long fleuve tranquille qui marque habituellement la partie estivale de ce sport essentiellement hivernal.

Non, l'été n'est pas que farniente pour l'athlète d'un sport d'hiver. Entraînements, rencontre avec le préparateur physique et visite du gymnase ponctuent le quotidien du sportif. Le suivi nutritionnel et alimentaire y occupe aussi une place importante.

D'ailleurs, avez-vous déjà pensé à ce qu'ingurgitent ces jeunes dans une journée? Pour le joueur moyen, entre 4000 et 5000 calories. Et ce n'est de patates frites dont on parle!

C'est qu'il faut mettre du muscle sur ces corps élancés en pleine croissance.

Camps de sélection

Entre la fin de la saison et le début des camps du mois d'août, environ quatre mois pour la majorité des joueurs, le moment est crucial. C'est un temps de préparation au cours duquel il n'est pas rare de voir certains revenir beaucoup plus costauds.

Denis Mikhnin, le petit attaquant russe de l'Océanic, revient à Rimouski pour une seconde saison comme joueur européen. L'an dernier, il faisait osciller la balance à 168 livres; aujourd'hui, c'est à 190 qu'elle s'élève. Le petit Boudrias qui se faisait brasser du haut de ses 154 livres l'an dernier imposera un peu plus le respect rendu à 180. Alex Voyer, qui n'était déjà pas petit, est un attaquant du type Power-Forward : 195 livres de muscles en patins, ça se déplace plus difficilement qu'un gringalet (façon de parler). L'exemple est rimouskois, mais il s'applique à l'ensemble de la ligue.

Vous vous souvenez du grand défenseur de l'Océanic évoluant aujourd'hui pour le club-école des Flyers de Philadelphie? On disait de lui qu'il mangeait un poulet comme gueuleton, et d'une lichade s'il-vous-plait!

Mais blague à part, l'objectif de cet entraînement estival rigoureux reste le retour des camps de sélection. Et c'est avec la ferme intention d'y prendre du galon qu'on l'aborde.

Challenge des recrues

Si la constitution d'une équipe est centrée autour du noyau de ses vétérans, la pérennité de toute formation passe nécessairement par l'intégration de nouveaux joueurs.

Dans le but des les accommoder, le camp passe depuis l'an dernier par une première phase appelée le Challenge des recrues. Le modèle mis en place permet d'initier ensemble les nouveaux à l'environnement de leur club de la LHJMQ.

Qui sont-ils? La douzaine de recrues fraîchement repêchées en juin, auxquelles s'ajoutent les joueurs affiliés et invités. Les premiers viennent de repêchages antérieurs, les seconds arrivent généralement des autres ligues.

C'est ainsi que des quatre tournois Challenge de la fin de semaine dernière, seule une sélection des meilleurs éléments ont reçu une invitation au camp principal de leur club.

Camp principal et transactions

Sans aucun arrêt, les jeunes ont enfilé d'un camp à l'autre en début de semaine. Déjà, les matchs pré-saison ont permis aux directions d'équipes une nouvelle évaluation des troupes. Toute la semaine, plusieurs joueurs ont été retranchés, mais, lundi prochain, l'alignement complet devra être déposé et ne pourra compter plus de 25 hockeyeurs.

Quant à la nouvelle période de transaction qui s'est ouverte le 1er août, elle est plutôt calme cette année et se terminera aussi lundi. Toute cette gymnastique afin d'entamer la nouvelle saison du bon pied et fin prêt!

La devise est olympique, mais tout aussi opportune pour ces jeunes des camps de sélection : Citius, Altius, Fortius.

Plus d'articles

Commentaires