Retour

Cas de légionellose à Trois-Rivières : la source est la tour de refroidissement de l'hôtel de ville

La source des cas de légionellose cet été à Trois-Rivières est la tour de refroidissement de l'hôtel de ville, a révélé la Direction de la santé publique vendredi. Pressé de questions par Radio-Canada, le CIUSSS a accepté de dévoiler la source des cas de légionellose au public plus tôt que prévu.

Un texte de Marilyn Marceau et de Sarah Désilets-Rousseau

Le 11 août dernier, la Direction de la santé publique a su que la tour de refroidissement de l'hôtel de ville de Trois-Rivières était contaminée par la legionella. Immédiatement, la Ville l'a fermée puis décontaminée. Dix jours plus tard, le 21 août, les autorités ont eu la confirmation du lien entre la tour de refroidissement et cinq cas déclarés.

Au mois de juillet, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a recensé huit cas de légionellose. Habituellement, on dénombre de un à huit cas par année.

Les personnes qui ont contracté la légionellose auraient donc inhalé des aérosols provenant de cette tour de refroidissement qui fournit l'air climatisé non seulement pour l'hôtel de ville, mais aussi à la salle J.-Antonio-Thompson et à la Maison de la culture. La tour est située à l'extérieur du bâtiment, près de la bibliothèque.

Nous avons demandé à la Direction de la santé publique pourquoi l'information n'a pas été révélée plus tôt. « L’information à la population vise plusieurs objectifs. Le premier est de savoir s’il y a une menace pour la santé de la population. À cette étape-ci, on n’avait pas de raisons de croire que la population était en danger, dans la mesure où la tour était fermée », a répondu la Dre Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

La Direction de la santé publique et la Ville indiquent également être en attente d'autres résultats de tests qu'elles souhaitaient avoir en mains avant de rendre l'information publique.

Règles respectées, selon la Ville

La Ville de Trois-Rivières affirme avoir été diligente dans cette affaire. Son porte-parole, Yvan Toutant, assure qu'il n'y a « pas eu de négligence » et que la tour de refroidissement a toujours « respecté les paramètres établis par la Régie du bâtiment du Québec ».

Les analyses ont montré qu'au moins cinq des personnes affectées ont contracté la légionellose à cause de cette tour, selon le CIUSSS MCQ, qui croit que les autres cas y sont aussi reliés.

Six personnes aux soins intensifs

La Direction de la santé publique confirme que ce sont des gens de Trois-Rivières qui ont inhalé les gouttelettes contenant une forte quantité de légionelle, alors qu'ils se trouvaient à l'extérieur du bâtiment.

Les huit personnes ont été hospitalisées pour une pneumonie atypique et six d'entre elles ont dû aller aux soins intensifs. L'une d'elles se trouve toujours à l'hôpital. Les patients étaient âgés d'une vingtaine à une cinquantaine d'années.

Radio-Canada avait appris que la Ville de Trois-Rivières avait fermé cinq fontaines au centre-ville et dans les environs par mesure préventive, en raison de cas de légionellose.

Avec la collaboration de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine