Depuis quelques mois, des formations sont données dans les résidences de la Mauricie et du Centre-du-Québec pour permettre au personnel de faire face à une problématique bien particulière : celle de la maltraitance « d'aîné à aîné ». À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées le jeudi 15 juin, les groupes de Lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées ont voulu rappeler que des ressources existent.

Un texte de Claudie Simard avec les informations de Marie-Ève Trudel

La majorité des gens diront qu’« ici, il n’y en a pas », prévient la coordonnatrice de la Table de concertation Abus auprès des aînés de la Mauricie, Colette Coudé.

Son équipe tente d’outiller le personnel des résidences pour la déceler, et empêcher les comportements ou les paroles qui peuvent entraîner la détresse et l’oppression.

Aux résidences Cardinal Roy de Trois-Rivières, le propriétaire Sébastien Ricard explique que son équipe intervient au moins une dizaine de fois par semaine; soit pour des actions entre résidents ou entre un résident et sa famille.

Un tabou

La coordonnatrice régionale du Secrétariat aux aînés au ministère de la Famille, Céline Leblond, souhaite que le sujet fasse de plus en plus l’objet de discussions.

Elle soutient que la publicité dans laquelle Yvon Deschamps a abordé le sujet en 2010 a été un levier important pour dénoncer la maltraitance faite aux aînés.

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées, Mme Leblond rappelle qu’un aîné ou un proche qui remarque une situation inhabituelle s’apparentant à de la maltraitance peut se référer à la ligne Info sociale, la ligne 811, ou encore à la Ligne AAA, Aide, Abus, Aînés (1-888-489-2287).

Plus d'articles

Commentaires