À la suite de la plainte d'une employée de la Cité de l'énergie pour attouchements sexuels visant un autre employé, la direction a mené une enquête interne au sein du personnel féminin l'automne dernier, a appris Radio-Canada. La direction a ensuite adopté une politique pour contrer le harcèlement au travail.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Joint au téléphone, le responsable de l’animation à la Cité de l’énergie de Shawinigan, Mario Lachance, confirme ce que des sources ont indiqué à Radio-Canada.

Il dit avoir lui-même contacté, l’automne dernier, chacun des membres du personnel féminin qui travaillait à l’accueil, à l’animation, à la boutique ou à la billetterie.

« On leur a demandé : avez-vous été victime de harcèlement psychologique ou de nature sexuelle de la part du personnel masculin sur le plancher? », explique-t-il.

Selon M. Lachance, la plainte en question ne vise pas Robert Trudel qui s'est retiré temporairement de ses fonctions de directeur général la semaine dernière à la suite des allégations rendues publiques par Radio-Canada.

Le conseil d'administration a d'ailleurs mentionné qu'une enquête interne serait menée à la Cité de l'énergie pour faire la lumière sur cette affaire.

Quelques semaines plus tard, le 16 janvier 2017, une politique complète et officielle pour contrer le harcèlement au travail a été adoptée en lien avec cet événement. Selon M. Lachance, tout le personnel de la Cité de l’énergie a alors été invité à signer le document.

Mario Lachance précise cependant qu’il ne peut pas commenter la plainte en question puisque le processus suit son cours à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine