Retour

Crise des déchets : le maire de Saint-Étienne-des-Grès dénonce la décision de la RGMRM

Robert Landry a vivement réagi vendredi matin à la décision de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) de ne plus accueillir de déchets dès le 2 juin. Il dénonce " l'arrogance et la non-transparence " de l'organisation.

Saint-Étienne-des-Grès subit la pression populaire des autres villes de la région qui craignent de voir les déchets s'accumuler dès la semaine prochaine.

Les représentants de la municipalité de Saint-Étienne-des-Grès, du Comité de vigilance et du Mouvement Citoyen Stéphanois ont fait front commun pour dénoncer la façon de faire de la Régie. Les gens de Saint-Étienne-des-Grès promettent de monter aux barricades si le ministère de l'Environnement répond favorablement à la demande de la Régie.

« Vous voulez que le ministère signe demain matin et que nous on subisse les inconvénients pour les 20 prochaines années », a lancé le maire Landry en point de presse.

Selon la Municipalité, la solution n'est pas d'empiler des déchets en hauteur, comme le demande la Régie au ministère de l'Environnement, mais bien d'ouvrir une autre zone du site d'enfouissement.

La Municipalité est en conflit avec la Régie depuis quelques années. Le maire souhaite éviter les problèmes d'odeurs et de bruit. Il s'oppose ainsi à la demande de la Régie au ministère de l'Environnement d'autoriser une plus grande quantité dans les montagnes de déchets.

Robert Landry affirme que la RGMRM aurait profité de l'absence de comité de vigilance pour exploiter le site illégalement et incorrectement.

Il dit que certaines décisions auraient été prises sans consulter le conseil d'administration. Par exemple, la Régie aurait exploité le site sans appareil pour détecter les déchets radioactifs pendant 5 mois.

La Régie réagira vendredi en après-midi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine