Retour

De nombreux détracteurs pour le coup d'envoi du Festival du cochon de Sainte-Perpétue

Le 38e Festival du cochon de Sainte-Perpétue démarre encore une fois dans la controverse. Après l'organisme PETA et la SPCA de Montréal il y a quelques jours, au tour de l'organisme Canadiens pour un traitement éthique des animaux de ferme (CEFTA) de dénoncer les activités qui se déroulent jusqu'à dimanche.

CEFTA croit que le risque de blessures est élevé pour les animaux et invite la population à protester contre la tenue de la Course nationale du cochon graissé, qui se tiendra samedi. 

Le défi extrême des sangliers, qui aura lieu vendredi, est aussi au coeur de la controverse.

Le CEFTA considère que de transporter les animaux dans des camions, les placer dans un environnement inconnu, les pourchasser, les attraper, les soulever et les soumettre aux bruits d'une foule en liesse causent du stress et de la peur à ces animaux sensibles et intelligents, selon les informations rapportées par La Presse Canadienne.

Pour sa part, l'Organisme People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) a aussi fait une sortie publique la semaine dernière. L'organisme demande aux citoyens de faire pression auprès de l'organisation du festival, pour que les activités soient annulées.

L'histoire se répète

L'ex-hockeyeur Georges Laraque a pris position avec fracas il y a un an contre ces activités. Il avait dénoncé le fait que des animaux soient utilisés pour divertir.

L'an dernier, l'événement a attiré 37 000 personnes à Saine-Perpétue, selon l'organisation, dont 6000 seulement pour la course du cochon graissé.

Plus d'articles

Commentaires