Retour

Des allégations de tentative d'extorsion à Trois-Rivières

Un homme d'affaires de la région de Montréal affirme qu'un émissaire de la Ville de Trois-Rivières a tenté de lui extorquer 100 000 $ alors qu'il venait de remporter un appel de propositions pour développer la portion résidentielle du projet « Trois-Rivières sur Saint-Laurent » en 2011.

Un texte d'Amélie Desmarais

Dans sa biographie publiée la semaine dernière, Luc Poirier, qui s'est fait connaître lors de son passage à Occupation double en 2008, rapporte avoir dû se retirer du projet après avoir refusé de verser l'argent exigé.

En entrevue, il ajoute qu'il aurait d'abord été informé qu'il avait remporté l'appel de propositions. « Tout s'est bien passé jusqu'au jour où quelqu'un m'a appelé et demandé de voir quelqu'un de la Ville », confie-t-il.

C'est cette personne, qu'il refuse de nommer, qui lui aurait clairement fait comprendre qu'il devait lui donner 100 000 $ pour avoir le contrat. 

Il précise toutefois qu'il ne s'agirait pas du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. 

« Ce n'est pas M. Lévesque qui m'a demandé ça, du tout, du tout. C'est une autre personne, mais je ne le dévoilerai pas comme ça », mentionne-t-il. 

Appel à l'UPAC

Cette histoire lui aurait coûté 48 000 $ de sa poche, de l'argent qu'il aurait investi notamment pour développer les plans du projet. Il dit souhaiter que des représentants de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ou des autorités entrent en contact avec lui afin qu'il puisse leur raconter toute l'histoire.

Il souligne avoir choisi d'en parler dans son livre dans un court chapitre intitulé Comment j'ai craché sur des millions parce qu'on me demandait 100 000$ afin de faire comprendre à ses lecteurs que le nom d'une personne est beaucoup plus important que l'argent.

Il ajoute qu'il trouve dommage que les choses se soient déroulées de la sorte étant donné qu'il s'agissait d'un des plus beaux terrains à développer au Québec à ce moment-là. Selon lui, le projet serait beaucoup plus avancé aujourd'hui s'il avait remporté la mise. 

La Ville réagit 

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, affirme qu'à sa connaissance, les faits relatés dans le livre sont faux. Il soutient d'ailleurs que rien n'indique que c'est la proposition de Luc Poirier qui avait remporté l'appel de la Ville.

Le maire se demande également pourquoi, après cinq ans, Luc Poirier décide de s'exprimer publiquement sur le sujet et pourquoi il n'a pas porté plainte avant.

Également invité à réagir, le conseiller du district Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin, souligne qu'il faut d'abord vérifier la solidité des allégations de M. Poirier puisqu'il s'agit d'un acte criminel.

« La police devrait faire une enquête, soutient-il. Bien entendu, si cela s'avère fondé, c'est inadmissible et des accusations devront être portées. »

Avec la collaboration de Marilyn Marceau 

Plus d'articles