Retour

Des chauffeurs de taxi de Trois-Rivières se mobilisent contre UberX

Une quinzaine de chauffeurs de taxi de Trois-Rivières ont manifesté mardi devant les locaux du ministère des Transports et devant le bureau de circonscription du ministre responsable de la région, Jean-Denis Girard, en appui à leurs collègues de Montréal et de Québec qui tiennent une journée de mobilisation contre le service de covoiturage UberX.

Le service UberX permet à des particuliers de transporter des gens, sans toutefois détenir un permis de taxi.  Le coût d'un permis de taxi à Trois-Rivières est de 140 000 $.

« Nous UberX, ce n'est pas encore un problème ici, mais on a peur que ça s'en vienne », dit le directeur général de Taxis Coop de la Mauricie, Sylvain Roy.

Une lettre au premier ministre

Un représentant des chauffeurs, Jacques Demontigny, a remis une lettre au ministre Jean-Denis Girard. La lettre adressée au premier ministre Philippe Couillard, lui demande d'éclaircir sa position concernant UberX. Lors du Congrès des jeunes libéraux à Shawinigan à la mi-août, Philippe Couillard s'est montré ouvert à l'idée de légaliser UberX, ce à quoi s'opposent les chauffeurs de taxi.

Par ailleurs, le ministre des Transports, Robert Poëti, a réitéré ce matin que l'entreprise Uber agit de façon illégale. Une taxe de 0,10 $ la course ne tient pas la route selon lui, mais il a tenu à mettre les choses au clair : « Je ne suis pas contre la compétition, je ne suis pas contre la modernisation, au contraire », a-t-il affirmé.

Plus d'articles

Commentaires