Retour

Des dindons sauvages s'invitent dans un quartier résidentiel de Trois-Rivières

Des résidents du secteur Trois-Rivières-Ouest ont eu de la visite inusitée mardi avant-midi. Une demi-douzaine de dindons sauvages ont été aperçus près du parc de Marseille et rue de Grenoble.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

« Elles [les dindes] se suivaient de près et elles étaient calmes », raconte Patricia St-Cyr.

La résidente du secteur a vu les dindons sauvages sortir du parc de Marseille.

Le porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Jacques Nadeau, affirme qu'il s'agit d'une situation plutôt inusitée.

« Les dindons sauvages ne cherchent pas la présence humaine », remarque-t-il par courriel.

Ils ne devraient pas s'attarder et retourner dans les bois assez rapidement selon lui.

À la recherche de nourriture

De son côté, le professionnel de chasse René Gignac n'est pas surpris de voir des dindons s'approcher des maisons à ce temps-ci de l'année.

« La journée entière est consacrée à l'accumulation des graisses pour se préparer pour passer l'hiver », explique-t-il.

Selon lui, ces dindons vus sur des terrains résidentiels de Trois-Rivières-Ouest proviennent probablement de populations implantées dans le secteur de Saint-Étienne-des-Grès et ils se sont déplacés vers la ville.

« Souvent les gens vont avoir des mangeoires d'oiseau et ils mangent les graines par terre. Ils profitent de cette nourriture qui leur est offerte », dit René Gignac.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs s'entend avec M. Gignac sur le fait que ces bêtes ne représentent pas de danger pour les gens.

Toutefois M. Nadeau invite les gens à communiquer avec le ministère s'ils considèrent que le comportement de l'animal constitue un danger.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?