Retour

Des Jeux olympiques à distance pour Éric Bédard

Pour la première fois en 20 ans, l'ex-patineur de vitesse sur courte piste Éric Bédard n'assiste pas aux Jeux olympiques. De passage chez lui, il en a profité pour revisiter l'aréna où sa passion du sport est née.

Un texte de Camille Carpentier

Les cris d’encouragement résonnent dans l’aréna de Saint-Tite. Sur la glace, de jeunes patineurs âgés de 6 et 10 ans rivalisent de vitesse. Il y a quelques dizaines d’années, le patineur Éric Bédard s’élançait pour la première fois sur cette même patinoire. Le lieu a aujourd’hui une grande valeur sentimentale pour l’athlète originaire de Sainte-Thècle.

« L'aréna de Saint-Tite pour moi, c'est un peu mythique. J'ai été une bonne dizaine d'années ici à patiner, à m'entrainer, se souvient l’athlète aujourd’hui âgé de 41 ans. C'est ici que j'ai gagné mes premières médailles au niveau des Jeux du Québec, mais des Championnats canadiens, aussi. »

Dans l’aréna, Éric Bédard est chez lui. Sur les bancs et dans les vestiaires, il salue de vieilles connaissances et en profite pour encourager les jeunes patineurs, dont certains sont les enfants d’anciens coéquipiers. L’ex-patineur n’a pas l’habitude d’être chez lui en pleine période olympique. Depuis les Jeux olympiques de Nagano en 1998, c'est la première fois qu'il se retrouve loin de l'action.

« Les cinq derniers Jeux, j'étais là soit en tant qu'athlète ou en tant qu'entraîneur, précise-t-il. C’est sûr que la cérémonie d'ouverture, c'est toujours quelque chose que j'aimais beaucoup parce que ça donne le coup d'envoi. C’est très solennel. »

Retour au Québec

Depuis quelques années, le patineur a moins l’occasion de revenir dans son coin de pays. Après avoir entrainé les équipes nationales allemande, italienne et française, Éric Bédard est aujourd'hui directeur des performances de l'Université de Calgary.

Or, bientôt, il relèvera un nouveau défi. Au printemps, il reviendra au Québec pour s'occuper de l'entreprise Nagano Skate dont il est l'un des six actionnaires.

« On s'occupe dans l'équipement de patinage de vitesse, surtout dans l'aiguisage. Et on a la portion académie. On va grossir la portion académie », explique-t-il.

Bien qu'il soit encore trop tôt pour dire s’il demeurera à Montréal ou s’il reviendra s’installer en Mauricie, l'orgueil de Sainte-Thècle sera certainement plus présent dans la région.

Plus d'articles