La base Plein Air Ville-Joie dans le secteur Pointe-du-Lac vit les contrecoups des difficultés financières que connaissent les organismes communautaires. La précarité de leur financement pourrait éventuellement compromettre l'existence de Plein Air Ville-Joie, selon le directeur général.

Les organismes communautaires sont des clients importants de Plein Air Ville-Joie, mais ils font face à des restrictions budgétaires et doivent rejeter certaines dépenses.

Ces dernières années, des familles qui fréquentent l'organisme COMSEP allaient passer quelques jours sur le site. Quelques-unes y vont cette année, mais les gens ne coucheront pas parce que l'organisme ne peut plus payer pour cela, entraînant une baisse de revenus pour la base de plein air.

Pour l'instant c'est marginal, mais si ça se poursuit à long terme, ce sera inquiétant croit le directeur général, Jean Morasse.

Une mission sociale

Plein Air Ville-Joie offre la possibilité à des familles moins bien nanties d'aller passer des vacances sur le site, à moindre coût.

Les responsables de Plein Air Ville-Joie ne veulent pas augmenter les tarifs pour maintenir la mission d'accessibilité.

Plus d'articles

Commentaires