Un Québécois peut se vanter de créer des oeuvres qui sont vues par des millions de personnes en Amérique du Nord, et même dans le monde. Stéphane Bergeron dessine les masques pour des gardiens de la LNH, dont certains sont les vedettes des séries éliminatoires.

Selon un reportage de Sarah Désilets-Rousseau

Le masque est un élément-clé de l'équipement de Marc-André Fleury et c'est un artiste de Bécancour qui l'a créé.

C'est dans son atelier, aménagé à même sa maison, que Stéphane Bergeron l'a conçu tout comme celui de plusieurs autres gardiens de but amateurs et professionnels d'Amérique du Nord et d'Europe.

« Ça a commencé par un par mois, raconte-t-il. Après ça, un par semaine. Puis, depuis 1995, je suis en affaires. Aujoud'hui, je peins à l'année. »

Parmi ses clients, Marc-André Fleury et son coéquipier Matt Murray, de même que Corey Crawford, dont l'équipe, les Blackhawks de Chicago, est aussi des séries éliminatoires.

Clients exigeants

Pour réaliser ses oeuvres, l'artiste doit d'abord produire une maquette à l'ordinateur, qui est ensuite approuvée par son client.

Certains lui formulent des demandes très précises.

« Marc-André, il est très, très méticuleux. Ça va être à la virgule. Il le veut vraiment à son goût. C'est les couleurs. Je peux marquer le nom de ses filles en rose à l'arrière. Si c'est trop rose, il va me le dire. »

Le gardien a d'ailleurs fait dessiner sur son masque actuel des joueurs « avec qui il a vraiment une bonne relation à Pittsburgh », souligne M. Bergeron.

Pour réaliser ses oeuvres, Stéphane Bergeron peint plusieurs couches sur le masque blanc avec un pistolet à air comprimé pour former les ombres et les reflets.

Ce travail de précision fait sa renommée, indique-t-il.

Chaque masque est une pièce d'équipement unique, très chère aux yeux des gardiens. Stéphane Bergeron peut se targuer d'avoir une réputation internationale.

Plus d'articles

Commentaires