Retour

Des pancartes électorales vandalisées à Trois-Rivières

Les élections municipales font réagir à Trois-Rivières, mais peut-être pas pour le mieux. Des pancartes électorales ont été vandalisées et d'autres ont disparu à Trois-Rivières. Le service de police de la Ville a d'ailleurs reçu quelques plaintes à cet effet. De plus, un candidat a jeté les dépliants de son adversaire.

Radio-Canada a constaté que des pancartes ont été altérées dans les districts de Châteaudun, de Sainte-Marthe et des Estacades.

Sylvain Courchesne, candidat dans le district de Châteaudun, fait partie de ceux dont les pancartes ont été volées et vandalisées. Il affirme qu’une pancarte peut coûter jusqu’à 100 $ et que les candidats ont une limite de dépenses à respecter (environ 4000 $).

Les méfaits qu'il a subis amputent considérablement son budget de campagne.

Le candidat affirme qu’il a eu une vague d’appuis par la suite, ce qui l'encourage à continuer. « Mais au début c’est plate, dit-il, alors je me mets dans la peau des autres candidats qui doivent trouver, un peu comme moi, que la première fois qu’on se voit comme ça, c’est désolant. »

La police de Trois-Rivières rappelle que les responsables s'exposent à des accusations criminelles de méfait et de vol.

Des dépliants jetés

Dans le district de La Vérendrye, le candidat Dany Carpentier a jeté au recyclage des dépliants de son adversaire Jimmy Boisvert. Les dépliants se trouvaient dans un restaurant.

Dany Carpentier dit regretter d’avoir agi ainsi.

Jimmy Boisvert ne lui en tient pas rigueur. Il affirme qu’il est normal d’avoir des adversaires dans les campagnes électorales comme dans la vie et qu’il faut savoir les respecter.

Jimmy Boisvert y voit la preuve que la lutte est féroce. Quatre candidats s’affrontent dans ce district.

Avec les informations de Maude Montembeault

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine