Les pianos publics animent et rassemblent des foules dans les plus grandes villes du monde. L'initiative est aussi présente ici. Après Montréal et Québec, c'est au tour de Drummondville de se doter de pianos publics.

Cinq pianos ont été inaugurés samedi. Pour l'occasion, des artistes invités les ont fait vibrer, au plus grand bonheur du public.

« Avoir un piano à l'extérieur, un piano, ça vibre, ça vient chercher les tripes pour moi. Les gens se rassemblent et je trouve ça beau », souligne l'auteur-compositeur-interprète, Andy St-Louis.

C'est en se rendant à Paris que le maire de Drummondville a eu l'idée d'implanter les pianos dans sa ville. « Quand j'ai vu ça la première fois, je pensais que c'était un cocktail VIP, mais non, c'était à la Gare du Nord. Les gens circulaient et s'arrêtaient », explique Alexandre Cusson.

Drummondville a donc lancé un appel à tous afin de recueillir des pianos. Pas moins d'une vingtaine de familles ont répondu à l'appel.

Jusqu'en septembre, les pianos sont situés à la place La Roche-sur-Yon, à l'espace Frédérick-George-Heriot, au parc Sainte-Thérèse, au parc Curé-Demers et à la Maison des arts Desjardins.

Ils sont accessibles 7 jours sur 7, de 9 h à 20 h. Le maire Alexandre Cusson voit grand. Si la réponse est positive, d'autres pianos pourraient s'ajouter l'an prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine