Retour

Des pictogrammes comme langage universel dans une garderie de Trois-Rivières

Le CPE Les Petits Collégiens, à Trois-Rivières, accueille une importante clientèle d'immigrants et de réfugiés. Dans certains groupes d'enfants, le français côtoie l'espagnol, l'arabe et le swahili, par exemple. S'il s'agit d'un défi de communication pour les éducatrices, elles parviennent à le relever avec un langage que tous comprennent : les images.

Au CPE Les Petits Collégiens, les pictogrammes sont surtout utiles pour signaler les attentes que les éducatrices ont envers les enfants qui ne comprennent pas le français. Dans un même groupe, jusqu'à 8 enfants sur 10 ne parlent pas français.

Les pictogrammes se trouvent partout dans l'établissement : à côté des crochets à manteaux, au bord de l'évier, sur l'horloge.

« Par exemple, [pour] le lavage de mains, [il faut] suivre vraiment toutes les étapes, sinon l'enfant finit sa tâche à moitié, s'en va faire autre chose, donc avec les images, ça lui rappelle où il est rendu dans sa séquence », affirme Rachel Dupuis, directrice adjointe au CPE Les Petits Collégiens.

Les dessins permettent également aux éducatrices de communiquer avec les parents.

Si les parents sont satisfaits de voir que leurs enfants peuvent s'intégrer et progresser dans leurs apprentissages grâce aux images, les éducatrices, elles, peuvent investir leur énergie au bon endroit.

« Je ne passe pas mon temps à dire "Non, non, non!" Mais je passe mon temps à montrer le pictogramme et à dire : regarde, c'est ça que j'attends de toi », dit Chantale Deschesnes, éducatrice à la petite enfance.

Des pictogrammes créés par une diplômée de l'UQTR

Les pictogrammes créés par l'auteure et illustratrice Anne-Marie Le Gouill sont d'une grande utilité au CPE. Initialement conçus pour les enfants aux prises avec un trouble d'apprentissage, ses pictogrammes sont aujourd'hui utilisés à toutes les sauces, tant dans les CPE que dans les écoles primaires.

Les tout premiers pictogrammes dessinés en 2009 étaient destinés aux enfants ayant un trouble d'apprentissage. Aujourd'hui, la collection créée par l'auteure et illustratrice diplômée de l'Université du Québec à Trois-Rivières compte plus de 1000 images et la vocation des pictogrammes s'est élargie .

Les pictogrammes d'Anne-Marie Le Gouill servent aussi à stimuler l'apprentissage de diverses routines qui doivent être intégrées en bas âge.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel.

Plus d'articles

Commentaires