Retour

Des pistolets Taser pour la police de Trois-Rivières

La police de Trois-Rivières se servira de pistolets à décharge électrique à partir de l'an prochain. L'organisation souhaite que ses policiers puissent mieux intervenir dans les cas liés aux problèmes de santé mentale.

Un texte de Marilyn Marceau

Six pistolets Taser ont été achetés au coût de 40 000 $ (incluant l'équipement requis). Vingt-cinq patrouilleurs seront formés pour les utiliser dès le début de l'année 2018.

En 2016, les policiers de Trois-Rivières ont réalisé 469 interventions liées à la santé mentale, ce qui est 46 de plus que l'année précédente. Plus de 800 heures de travail ont été consacrées à ce type de cas.

La direction souhaitait mieux outiller les agents pour y faire face. L'achat des pistolets à décharge électrique est l'une des options retenues.

De la formation sur comment agir dans ce type de situation continue aussi à être donnée.

Baisse de la criminalité

La criminalité a diminué de 14 % à Trois-Rivières entre 2016 et 2015. Il s'agit de la 7 e baisse consécutive.

La police de Trois-Rivières a dévoilé vendredi son bilan annuel pour l'an dernier.

On y apprend notamment qu'il y a eu 30 incendies criminels en 2016, soit 68 de moins que l'année précédente.

On observe aussi une baisse de 66 % du nombre de vols qualifiés et il y a eu 30 % moins de vols de véhicule.

Les infractions de fraude ont toutefois augmenté de 14 % et celles pour le trafic de stupéfiants, de 8 %

Le taux de résolution des crimes à la police de Trois-Rivières est de 54,5 %, ce qui est mieux que la moyenne provinciale, selon le directeur René Martin.

Légalisation de la marijuana

Un des plus grands défis de la police de Trois-Rivières en 2017, comme ailleurs au pays, sera la légalisation de la marijuana, selon le directeur René Martin.

Le gouvernement de Justin Trudeau compte légaliser la consommation de cannabis.

En 2016, il y a eu 36 arrestations de plus que l'année précédente pour conduite avec les facultés affaiblies.

De ce nombre, 33 étaient liées à une consommation de drogue, ce qui inquiète le directeur.

Il y a par ailleurs eu 4,9 % moins d'accidents de la route en 2016 sur le territoire, comparativement à 2015. À l'échelle du Québec, il y a plutôt eu une hausse de 1 %, a souligné M. Martin.

Plus d'articles

Commentaires