Retour

Des professeurs demandent la démission du recteur de l'UQTR

Une pétition réclame la démission du recteur Daniel McMahon de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) à la suite du lock-out décrété par la direction de l'institution d'enseignement. Plus de 150 signatures ont déjà été récoltées.

Pour ces professeurs qui ont pris cette initiative personnelle sans leur syndicat, le lien de confiance est brisé avec la direction de l'Université. Près de 445 professeurs sont concernés par cette décision prise par les dirigeants de l'institution d'études supérieures le 1er mai.

La pétition indique que cette mesure du recteur était « d'une grande brutalité en recourant à une mesure d'exception dans un contexte de négociation qui n'avait rien d'exceptionnel ». Les signataires questionnent le leadership de M. McMahon « dont la décision de plonger, en son absence, l'institution qu'il dirige dans l'une des plus graves crises de son histoire fait douter de sa capacité de direction », peut-on lire dans la pétition.

« C'est une erreur d'autant plus grave que nous avons besoin d'harmonie et, au terme du conflit, de réconciliation. La réconciliation ne pourra être possible dès lors que le principal fauteur de trouble reste en place », affirme Marc-André Bernier, professeur au département de lettres et communication sociale de l'UQTR.

Avec des informations de Marie-Pier Bouchard

Plus d'articles