Retour

Deux entreprises de Trois-Rivières se lancent dans « l'industrie 4.0 »

Québec a investi plus d'un demi-million de dollars pour permettre à deux entreprises de Trois-Rivières, Epsilia et Pluritag, de se plonger dans « l'industrie 4.0 », c'est-à-dire dans une automatisation assortie d'un transfert de données en temps réel.

Le gouvernement provincial a accordé une aide de 342 884 $ à Epsilia, spécialisée dans la traçabilité alimentaire, pour l’achat d’équipements et la mise en place d’un service de recherche pour offrir davantage de composantes « 4.0 » dans les solutions offertes par l’entreprise.

Cet investissement va permettre à l’entreprise située sur le boulevard des Forges à Trois-Rivières de passer de 45 à 200 emplois dans un avenir rapproché.

Une contribution de 250 000 $ a également été accordée à Pluritag pour développer des étiquettes d’identification par radiofréquence (RFID) destinées au secteur manufacturier.

D'ici deux ans, Pluritag pense être en mesure d'implanter une usine pour fabriquer ses étiquettes à Trois-Rivières.

« Pour tous les processus qui requièrent des chaînes d'assemblage complexe, où le temps et le mouvement sont critiques, d'avoir accès en temps réel à savoir quelle pièce est rendue à quel endroit sur la chaîne de montage, c'est ce type d'entreprises-là qu'on cible », explique le directeur général de Pluritag, Guillaume Parenteau.

Il ajoute que les étiquettes peuvent notamment servir dans l'industrie aéronautique où chaque pièce doit être suivie à la trace.

Les sommes investies par Québec ont été prélevées du Fonds de diversification économique du Québec, créé dans la foulée de la fermeture de la Centrale nucléaire de Gentilly-2 en 2012.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine