Retour

Deux jeunes Trifluviens représenteront le pays en dynamophilie

Deux jeunes Trifluviens iront représenter le Canada aux Championnats du monde de dynamophilie, en juin, au Bélarus. Depuis près de deux ans, Élodie Morin et Brandon Leclerc pratiquent ce sport encore peu connu qui s'apparente à l'haltérophilie.

Élodie Morin et Brandon Leclerc poussent de la fonte dans une salle d'entrainement de Trois-Rivières entre cinq et six jours par semaine. Mais leur discipline de fer ne s'arrête pas là.

« C'est pas juste un sport où l'on est deux heures et demie au gym par jour, explique Brandon Leclerc. C'est vraiment 24 heures sur 24. »

Un sport qui demande beaucoup de force

La dynamophilie est un sport qui sollicite la force musculaire maximale des athlètes. Il se segmente en trois mouvements distincts : la flexion de jambe, le développé couché et le soulevé de terre.

« J'étais en Sport-études hockey, Élo en gymnastique, raconte Brandon Leclerc. Après, j'ai fait la transition vers le culturisme. Élo a fait du kayak. Nous sommes ensuite tombés dans la dynamophilie. »

Percée rapide

À 21 et 22 ans, les jeunes athlètes doivent jongler entre l'entrainement et les études en kinésiologie. Mais leurs efforts ont porté leurs fruits, puisqu'ils iront tous deux se mesurer aux meilleurs au monde lors des Championnats du monde à Minsk, au Belarus.

« Il y a deux ans, on faisait notre première compétition et c'était gros à nos yeux, lance Brandon Leclerc. Maintenant, à chaque compétition, c'est de plus en plus gros et on est déjà rendu là. On ne réalise pas encore. »

Pour leur premier Championnat du monde, les Trifluviens ne comptent pas faire les choses à moitié.

Élodie Morin et Brandon Leclerc espèrent maintenant que les commanditaires seront au rendez-vous pour leur permettre de financer leur séjour au Belarus.

Selon un reportage de Camille Carpentier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine