Retour

Déversement d'eaux usées dans le fleuve : Ruth Ellen Brosseau ajoute son grain de sel

« En 2015, il faut dénoncer un tel acte », lance Ruth Ellen Brosseau au sujet du projet de la Ville de Montréal de déverser 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent. La candidate du NPD dans Berthier-Maskinongé dit partager « les préoccupations des gens » dans ce dossier.

Un texte d'Alexandre Duval

Si elle accueille favorablement la récente décision d'Environnement Canada de suspendre le déversement planifié par la Ville de Montréal, Ruth Ellen Brosseau n'en demeure pas moins méfiante à l'égard du gouvernement fédéral.

« Le gouvernement était au courant depuis un an! Pourquoi le gouvernement n'a pas agi pour faire en sorte qu'il y ait un autre plan de sortie pour s'assurer qu'on ne déverse pas cette eau usée dans notre fleuve? », s'interroge-t-elle.

Ruth Ellen Brosseau affirme qu'elle s'inquiète des répercussions qu'un potentiel déversement pourrait avoir pour les municipalités de Berthier-Maskinongé qui puisent leur eau à même le fleuve.

« Il y a aussi des maires chez nous qui ont des craintes, qui ont appris ça par les nouvelles! », explique-t-elle, ajoutant que ces élus n'ont jamais été consultés même si leur municipalité se trouve en aval de Montréal, le long du fleuve.

Au cours des derniers jours, le maire de Montréal a reconnu à plusieurs reprises que le déversement d'eaux usées dans le fleuve n'était pas une solution idéale, mais qu'il n'y avait aucune autre option réaliste. La Ville doit en effet construire une nouvelle chute à neige, et pour ce faire, elle doit abaisser l'autoroute Bonaventure et déplacer un méga-égout.

Interrogée à savoir s'il est facile de dénoncer une telle situation lorsqu'aucune autre solution n'est envisageable, Ruth Ellen Brosseau demeure évasive, mais croit qu'une meilleure planification des travaux aurait pu permettre d'éviter la controverse actuelle.

Taxe sur l'essence : le NPD promet des transferts bonifiés

Ruth Ellen Brosseau soutient qu'à l'issue du scrutin du 19 octobre, un gouvernement du NPD augmenterait les transferts de la taxe sur l'essence afin de rendre disponibles « 410 millions de dollars pour les 4 prochaines années » et ainsi soutenir les travaux d'infrastructures.

« La solution, c'est de s'assurer que les municipalités et les villes ont accès à un argent stable et à long terme pour financer leurs plans d'infrastructures », croit-elle.

D'après les informations de Chez nous le matin.

Plus d'articles

Commentaires