Retour

École primaire fermée à Saint-Célestin : des parents préoccupés

Malgré le beau temps mardi soir, environ 130 résidents de Saint-Célestin ont assisté à une rencontre à l'église pour discuter de l'avenir des élèves de l'école primaire Marquis. La fermeture de l'école, jugée dangereuse pour ses occupants, a créé une onde de choc dans la communauté, moins de deux moins avant la rentrée scolaire.

Un texte de Marilyn Marceau

Les quelque 130 élèves de l'école devront aller étudier ailleurs et plusieurs parents sont insatisfaits de la solution proposée par la Commission scolaire de la Riveraine.

La direction a expliqué que les élèves seraient envoyés dans deux écoles avoisinantes, selon qu'ils sont au premier ou au deuxième cycle : à l'école Despins, dans le secteur de Sainte-Gertrude à Bécancour, et à l'école Arc-en-ciel, à Sainte-Monique.

Les élèves deux classes d'adaptation scolaire seraient relocalisés plus loin, soit à l'école Harfang-des-Neiges dans le secteur Gentilly, à Bécancour.

Transfert au Faubourg Mont-Bénilde

La majorité des parents présents à la rencontre souhaiteraient plutôt que tous les enfants de l'école et leurs enseignants restent ensemble et suivent leurs cours au Faubourg Mont-Bénilde, à Bécancour.

Il s'agit probablement d'une option plus coûteuse, puisque la Commission scolaire devrait louer les locaux.

L'idée sera présentée à la Commission scolaire mercredi par un comité formé de trois parents, d'une enseignante et des deux maires, celui du village de Saint-Célestin et celui de la paroisse, qui représente les résidents en milieu rural.

Inquiétudes des parents

Au cours de la réunion, les parents ont fait part de leurs préoccupations.

Par exemple, certains enfants d'une même famille ne fréquenteraient plus la même école, selon l'option privilégiée par la Commission scolaire en ce moment. De nombreux parents affirment que ce serait tout un casse-tête.

« Ils ne partiraient pas en même temps, ils ne rentreraient pas à la même heure , affirme Nadège Vincent qui pourrait avoir deux enfants dans des écoles différentes en août. « Ils ont besoin de regrouper [les élèves] pour que les autobus partent en même temps et qu'on garde l'alchimie dans le village, avec le service de garde », ajoute-t-elle.

Elle précise que sa fille, qui entre à la maternelle, était attristée d'apprendre qu'elle ne serait pas avec son frère.

Les parents pourront remplir un formulaire de transfert pour espérer que leurs enfants soient dans le même établissement scolaire.

Plusieurs parents se demandent également si les professionnels, comme l'orthopédagogue, qui voyaient les enfants de l'école primaire Marquis, pourront continuer à les suivre dans leur cheminement. Les enseignants devraient avoir les mêmes groupes qu'à l'école Marquis.

Rénover, reconstruire ou déménager?

Différents scénarios sont envisagés relativement à l'avenir de l'école primaire Marquis. Elle pourrait être rénovée. La Commission scolaire pourrait aussi décider de la démolir et de la reconstruire à neuf.

L'idée d'avoir une nouvelle école dans le village plait à plusieurs parents. « C'est un beau projet qu'on peut réaliser dans notre milieu », affirme la mère d'élèves Dominic Bergeron, qui perçoit un élément positif de cette situation.

Même si la Commission scolaire n'a pas évoqué cette idée, le comité de l'école Marquis garde en tête la possibilité que les élèves continuent de fréquenter les écoles avoisinantes et que l'école disparaisse. Les membres du comité veulent s'assurer que cela n'arrive jamais.

Selon les membres du comité, qui ont discuté avec la Commission scolaire, un plan concernant l'avenir de l'école devrait être déposé en décembre.

Le comité ne s'attend pas à une rentrée scolaire à l'école primaire de Saint-Célestin avant 2019.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine