Retour

Effondrement à Saint-Tite: le travailleur retrouvé mort

Un employé de 35 ans a été retrouvé mort sous les décombres du bâtiment de la ferme laitière Pittet à Saint-Tite qui s'est effondré mercredi après-midi. La victime est un travailleur guatémaltèque.

Un texte de Marilyn Marceau

Depuis mercredi après-midi et sans relâche durant toute la nuit, les équipes ont ratissé le périmètre où le toit s'est effondré, sous le poids de la neige. La superficie affaissée est plus grande qu’un terrain de soccer.

Les premiers répondants avaient interpellé l’homme régulièrement, sans succès. Il a finalement été trouvé peu avant 16 h.

L'individu n'a eu aucune chance, il a été vraiment happé par la neige et la toiture.

Annie Thibodeau, sergente à la Sûreté du Québec

Le chef de la division des services spécialisés du Service de sécurité incendie de Montréal, Alexandre Mizoguchi, estimait qu'il pouvait survivre inconscient durant 12 h à 24 h. L’accident est survenu mercredi à 13 h 40.

Prochaines étapes

Les pompiers s'affairent ensuite à « libérer la victime pour extirper le corps des décombres », a expliqué le chef de division du service d'incendie de Montréal, Simon Limoges.

Il y avait encore des bêtes vivantes prises à l'intérieur jeudi en fin de journée. Les pompiers venus de Montréal comptent donc rester sur place pour aider leurs collègues de la région.

Une soixantaine d’animaux se trouvaient dans le bâtiment lors de l'effondrement. Au moins la moitié du troupeau a pu être sauvé.

Une opération délicate

Les pompiers ont dû résister à la tentation de travailler trop rapidement, souligne M. Mizoguchi. Il explique qu'ils sont habitués à se dépêcher. « Les feux, ce sont des questions de secondes. »

« Il faut aller à l’encontre de notre nature, il faut y aller tranquillement, étape par étape et évaluer les structures », explique-t-il.

Des ingénieurs et des chiens maîtres ont prêté main-forte aux pompiers.

Enquête de la CNESST

Des représentants de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) se sont rendus à la ferme laitière qui est située sur le rang du Haut-du-Lac Sud.

« On est en enquête, donc recherche des causes possibles de l’accident », explique l’inspecteur Mathieu Vermot.

Il ajoute que « c’est important de déneiger les toitures au fur et à la mesure pour ne pas que des événements comme lui-là ne se produise ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde