Retour

Effondrement de toits : des agriculteurs contournent les règles de construction

Improvisation, règles contournées, critères de construction moins stricts. Des ingénieurs et agriculteurs à qui nous avons parlé ne sont malheureusement pas surpris de voir plusieurs toits s'effondrer cet hiver. Il disent être témoins de laxisme dans la construction agricole. La Loi sur les ingénieurs est claire, mais il y a des lacunes dans son application.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Ingénieur agricole depuis 35 ans, Mario Cossette constate qu’il y a énormément de sensibilisation à faire auprès des agriculteurs, particulièrement ceux qui développent des projets de moins grande envergure.

Comme le domaine agricole n'est pas encadré par le décret de la construction, il y a plusieurs projets qui passent en dessous du radar.

Mario Cossette, ingénieur agricole chez Les Consultants Mario Cossette

Mario Cossette va même parfois jusqu'à refuser certains projets.

Il dit avoir rencontré de nombreux agriculteurs qui étaient prêts à tout pour contourner les règles afin d'économiser de l'argent.

Pourtant, la Loi sur les ingénieurs est claire.

À ce sujet, l'Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) mentionne que l'enjeu dans le monde agricole se situe au niveau des municipalités.

Elles sont la responsabilité de s’assurer de la présence de plans et devis d’un ingénieur avant l’émission d’un permis de construction.

Cette précaution n’est toutefois pas appliquée systématiquement selon ce que remarque l’organisation, qui prévoit d'ailleurs intensifier la prévention auprès des municipalités dans les prochaines années.

Révisions des normes

Le Code national de construction des bâtiments agricoles, chapeauté par le Conseil national de recherches du Canada, est présentement en révision et sera publié en 2020.

Mais l'organisation indique déjà que la prochaine version sera plus sévère en ce qui concerne la structure des bâtiments agricoles ainsi que la protection contre les incendies.

Présentement, les critères de conception de la structure d’un bâtiment agricole sont beaucoup moins stricts que dans le résidentiel, le commercial ou l’industriel.

Ingénieurs frileux

Les ingénieurs agricoles ne courent pas les rues. Devant ces critères moins stricts, plusieurs ingénieurs civils disent carrément refuser de se lancer dans les projets agricoles.

Ils ne veulent pas prendre de risque.

« Je n'en fais pas. J’ai déjà voulu en faire, mais le risque est trop grand », nous confie le directeur d’une compagnie spécialisée en structure d’acier.

Mario Cossette dit comprendre cette réticence.

Avec le nouveau Code civil, on est sujet aux poursuites. On est beaucoup plus frileux si on n'a pas le contrôle sur le projet entier.

Mario Cossette, ingénieur agricole chez Les Consultants Mario Cossette

Mario Cossette souhaite de tout coeur que l'événement survenu à Saint-Tite sonne une cloche aux agriculteurs qui auraient envie de tourner les coins ronds pour leur prochain projet.

Il les incite à être attentifs aux fissures qui apparaissent au-dessus d'un cadre de porte, par exemple.

M. Cossette ajoute que tous les agriculteurs auraient intérêt à faire inspecter régulièrement leurs bâtiments, question d'éviter le pire.

Réaction de l'UPA

Questionné à ce sujet, le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de la Mauricie, Jean-Marie Giguère, nie ces affirmations.

Les bâtisses qui sont plus vieilles qui ont 60 ou 70 ans ont été construites de la main de l'homme.

J'ai rien contre l'ingénieur, mais ces bâtisses-là tiennent debout.

Jean-Marie Giguère, président de l'UPA Mauricie

M. Giguère supplie maintenant les agriculteurs à déneiger les toitures de leurs bâtiments.

« Nos assurances nous envoient pour la plupart un avis pour nous rappeler de déneiger nos couvertures », rappelle Jean-Marie Giguère.

Mario Cossette affirme en effet que les bâtiments qui datent de 60 ans sont bien souvent plus solides que ceux qui ont une vingtaine d'années.

Toutefois, il indique que lors d'un agrandissement ou un changement quelconque, il est important de faire affaire avec un ingénieur question de ne pas affaiblir la structure.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine