Retour

Effondrement mortel d’un bâtiment de ferme à Saint-Tite : le coroner sonne l'alarme

Plusieurs autres structures agricoles au Québec pourraient présenter des risques d'effondrement. C'est ce que soulève le coroner Yvon Garneau dans son rapport sur la mort d'un travailleur guatémaltèque, en février 2017, dans l'effondrement d'un bâtiment de la Ferme Pittet, à Saint-Tite. Il suggère ainsi que l'ensemble des bâtiments agricoles soit vérifié.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

L’Ordre des ingénieurs, l’Ordre des architectes, l’Union des producteurs agricoles (UPA), l’Union des municipalités du Québec (UMQ), la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et la Corporation des officiers municipaux en bâtiments en environnement devraient collaborer davantage et inspecter l’ensemble des bâtiments agricoles au Québec, conclut le coroner Yvon Garneau.

À la lumière de son investigation, qui a duré plusieurs mois, le coroner insiste sur l’importance de la prévention afin qu’un autre décès ne survienne dans des circonstances semblables.

Selon lui, il suffirait de répertorier les bâtiments construits ou rénovés dans la période du présent cas.

Le coroner Yvon Garneau confirme ainsi que c’est l’effondrement du bâtiment de la Ferme Pittet, dont la construction remontait à 1995, qui a provoqué le décès de César Ariel Garcia Garcia.

« Le pathologiste a constaté des lésions traumatiques de nature contondante à la tête et au cou, au tronc et au membre inférieur droit », peut-on lire dans le rapport.

Peu d’encadrement

Le rapport de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a déjà démontré que l’accident est survenu en raison d’un vice de construction des fondations et que les différents plans pour la construction du bâtiment ont été réalisés de manière indépendante.

À la lumière de ces informations, le coroner Yvon Garneau a consulté plusieurs spécialistes au cours de son investigation.

Il considère qu’il y a beaucoup de sensibilisation à faire auprès des agriculteurs.

« Je rappelle que présentement, il ressort de toutes les sources consultées que les critères de conception de la structure de tels bâtiments sont moins stricts que dans les domaines résidentiel, commercial ou industriel », mentionne le coroner Garneau dans son rapport.

Différentes organisations interpellées

Lors de différentes rencontres, le coroner Yvon Garneau dit avoir appris que l’Ordre des ingénieurs du Québec et l’Ordre des architectes du Québec travaillent sur la question.

Ainsi, il mentionne ne pas voir l’utilité de faire des recommandations en ce sens.

Par contre, il recommande à l’Union des producteurs agricoles (UPA), l’Union des municipalités du Québec (UMQ), la Fédération québécoise des municipalités, le Bureau d’assurance du Canada ainsi qu’à la Corporation des officiers municipaux de prendre connaissance du rapport et de le diffuser à ses membres.

Il ajoute aussi, à l’attention de l’UPA, l’importance de sensibiliser les membres aux dangers que peuvent présenter certains bâtiments de ferme.

Le coroner Yvon Garneau confirme, à la lumière de l’autopsie pratiquée sur le corps de l’homme, que c’est l’effondrement du bâtiment de la ferme Pittet, située à Saint-Tite, qui a provoqué le décès de César Ariel Garcia Garcia en février 2017.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque