Retour

Effondrement mortel d'un bâtiment de la ferme Pittet : les fondations montrées du doigt

Les fondations du bâtiment de la ferme Pittet de Saint-Tite, en Mauricie, n'ont pas été conçues pour soutenir la structure d'acier et la quantité de neige qui se trouvait sur le toit quand il y a eu effondrement le 22 février 2017, selon la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST). Un travailleur guatémaltèque de 34 ans y avait perdu la vie.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

L’inspecteur de la CNESST responsable du dossier, Mathieu Vermot, explique qu’il y a deux éléments qui permettent au bâtiment de se tenir droit : le tirant, une tige d’acier qui aide à retenir la charpente, et la résistance des fondations.

Dans ce cas-ci, ce sont les fondations du bâtiment construit en 1995 qui ne pouvaient pas recevoir la structure d’acier, qui elle, était conforme.

Dans le rapport, on peut aussi apprendre que les différents plans pour la construction du bâtiment ont été réalisés de manière indépendante.

Cette façon de faire ne permet pas d'avoir une vue d'ensemble du projet. Une lacune qui pourrait s’expliquer, selon la CNESST, par une méconnaissance de l’agriculteur.

Pourtant, la firme chargée du projet d’agrandissement avait recommandé, en 2002, une vérification et un renforcement du bâtiment existant, ce qui n'a jamais été fait.

Cependant, les propriétaires de la ferme Pittet ont démontré qu’ils déneigeaient régulièrement le toit.

La CNESST informera l’Union des producteurs agricoles (UPA) de ses conclusions afin qu'elle sensibilise ses membres.

La CNESST a aussi l’intention de diffuser des messages de prévention auprès des agriculteurs, notamment pour le déneigement des toits et pour les inciter à faire appel à des professionnels qualifiés quand ils procèdent à des modifications de structure.

Autre rapport attendu

Est-ce que la mort de Cesar Ariel Garcia Garcia était évitable? C’est le coroner au dossier, Yvon Garneau, qui pourra répondre à cette question dans son rapport qui sera rendu public prochainement.

S’il appuie les conclusions de la CNESST, il affirme d’ores et déjà que ses recommandations pourraient être plus nombreuses et plus précises.

Les propriétaires de la ferme Pittet ont refusé de réagir au rapport de la CNESST.

Sur place, des travailleurs sont à l’œuvre. On constate toutefois que la vie a repris son cours. La reconstruction est bien entamée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine