Retour

Élections fédérales 2015 : un nouveau découpage et de chaudes luttes en Mauricie/Centre-du-Québec

Le scrutin du 19 octobre sera le premier depuis le redécoupage des circonscriptions, qui a changé le paysage électoral en Mauricie et au Centre-du-Québec. Voici un portrait des forces en présence dans les différentes circonscriptions de la région.

Un texte de Pierre Marceau

MAURICIE

Trois-Rivières

Le député du Nouveau Parti démocratique (NPD) Robert Aubin ne l'aura pas facile dans cette circonscription qu'il avait remportée par plus de 14 000 voix en 2011. Libéraux et conservateurs y présentent des candidats vedettes. Le Parti libéral a convaincu Yvon Boivin, président de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite, tandis que les conservateurs ont mis la main sur Dominic Therrien, avocat et ex-joueur de baseball. Pour déloger le NPD dans Trois-Rivières, les libéraux devront augmenter leurs appuis au sein de l'électorat francophone québécois et les conservateurs, réussir une très forte remontée au Québec. Le Bloc québécois remontant dans les sondages, son candidat, André Valois, pourrait se faufiler puisque sa formation s'était classée deuxième dans la circonscription en 2011.

Saint-Maurice-Champlain

Il y a de ces circonscriptions où les candidats font campagne sans relâche. L'ancien fief de Jean Chrétien est de celles-là. Pendant plus de deux ans, le candidat libéral, François-Philippe Champagne, a été omniprésent. L'avocat-conseil à l'international, est revenu au pays en 2012 et il bénéficie de l'appui moral et stratégique du P'tit gars de Shawinigan, l'ancien premier ministre libéral, Jean Chrétien. La députée transfuge Lise St-Denis, élue, en 2011, sous la bannière néo-démocrate avant de passer chez les libéraux, a décidé de ne pas se représenter. Le NPD voudrait bien venger ce qu'il juge être une trahison et présente comme candidat Jean-Yves Tremblay, conseiller municipal à Shawinigan.

Berthier-Maskinongé

Dans Berthier-Maskinongé, l'élection de 2015 n'a rien à voir avec celle de 2011, alors qu'une certaine Ruth Ellen Brosseau n'avait même pas mis les pieds dans la circonscription. La désormais célèbre candidate a tout de même fini loin devant ses adversaires, balayés par la vague orange. Quatre ans plus tard, Ruth Ellen Brosseau est l'une des vedettes montantes du NPD et est considérée comme favorite dans sa circonscription. Le candidat libéral, Pierre Destrempes, a commencé sa campagne bien avant tout le monde, mais il aura fort à faire pour détrôner la députée sortante.

CENTRE-DU-QUÉBEC

Bécancour-Nicolet-Saurel

Cette circonscription est le bastion du bloquiste Louis Plamondon, qui la représente depuis 1984. D'abord élu pour le Parti progressiste-conservateur, il s'est joint au Bloc québécois à sa fondation en 1991. Le doyen de la Chambre des communes l'a échappé belle lors du dernier scrutin. Alors qu'il avait toujours été élu avec de fortes majorités, la vague orange lui a donné des sueurs froides. Cette année, pour la première fois, Louis Plamondon a commencé sa campagne dans la plus grande incertitude.

Richmond-Arthabaska

Le député indépendant André Bellavance, qui détenait la circonscription depuis 2004, a démissionné du Bloc québécois en pleine tourmente, en août 2014, et a annoncé qu'il ne se représenterait pas. Les conservateurs misent sur le maire de Victoriaville, Alain Rayes, pour mettre la main sur la circonscription. Le maire Rayes a été intensément courtisé par Stephen Harper et ses lieutenants. Le Nouveau Parti démocratique, deuxième en 2011, compte également livrer une dure bataille avec l'agricultrice Myriam Beaulieu pour le représenter.

Drummond

Le néo-démocrate François Choquette avait récolté plus de la moitié des voix en 2011. Est-ce que l'entrée dans la course d'une ex-journaliste de TVA, Pascale Déry, pourrait ralentir ou même contrecarrer les aspirations du député sortant? Reste à voir aussi si le Bloc québécois, qui a régné sur le comté pendant 17 ans, réussira à reconquérir son château fort grâce à la candidate Diane Bourgeois. Députée de Terrebonne-Blainville pour le Bloc québécois de 2000 à 2011, elle tente maintenant sa chance dans Drummond.

Mégantic-L'Érable

Le départ du ministre Christian Paradis coûtera-t-il cette circonscription aux conservateurs? Le Parti conservateur mise maintenant sur la candidature de Luc Berthold, maire de Thetford Mines de 2006 à 2013. La tragédie de Lac-Mégantic et le débat sur l'Observatoire du Mont-Mégantic ont toutefois suscité un certain ressentiment à l'égard du gouvernement conservateur. Le Nouveau Parti démocratique promet une voie de contournement pour le chemin de fer de Lac-Mégantic et y présente une forte candidature en la personne de Jean-François Delisle, conseiller municipal à Thetford Mines.

Plus d'articles

Commentaires