Retour

Élèves déplacés à Maskinongé : les parents adoptent un scénario d'urgence

Les 76 élèves de l'école primaire Marie-Immaculée à Maskinongé seront relogés d'urgence parce que l'établissement, qui présente des fissures, doit être mis sous la loupe des ingénieurs avant de subir d'importants travaux. Les parents ont été convoqués jeudi soir à ce sujet.

Un texte de Marie-Ève Trudel

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy et la direction de l'école ont présenté deux scénarios visant à reloger les enfants d'ici une semaine.

Après un vote à main levée, les parents ont opté en très grande majorité pour que les enfants restent à Maskinongé, même si les locaux nécessitent quelques ajustements. L'autre solution prévoyait de transférer certaines classes dans une école de la municipalité voisine, Saint-Justin.

Des fissures connues depuis 2015

Des fissures dans les fondations du bâtiment qui a été construit en 1952 sont à l'origine du problème et pourraient causer des dommages lors du dégel.

« Jusqu'à hier, ça semblait être une belle école solide, mais avec les nouvelles qu'on a eues hier, ça a l'air d'une école un peu moins solide », relate le maire de Maskinongé, Roger Michaud, qui a appris l'existence d'une deuxième fissure d'importance mercredi.

En effet, une première fissure avait été constatée en avril 2015, mais une firme d'ingénierie avait statué qu'il n'y avait pas de danger immédiat pour les élèves. La direction soutient néanmoins que des corrections du solage ont été effectuées suivies d'une surveillance accrue.

C'est l'apparition d'une deuxième fissure qui a forcé les autorités à réagir. L'école sera sous analyse pendant quatre mois, après quoi une évaluation de l'étendue des travaux à réaliser sera faite. L'état de la situation devrait être connu au cours des mois de mai ou juin.

Jusqu'à 1 M$ en travaux

Les travaux, dont la nature exacte reste inconnue, pourraient coûter jusqu'à 1 M$ et s'échelonner sur plusieurs mois, a souligné la directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Hélène Corneau.

Il est trop tôt pour dire si les élèves pourront réintégrer l'école lors de la prochaine rentrée scolaire, a renchéri la directrice générale.

La Commission scolaire se fait rassurante quant aux autres écoles de Maskinongé. C'est la proximité de la rivière avec l'école Marie-Immaculée qui cause des inquiétudes concernant la stabilité des sols, ce qui n'est pas le cas ailleurs, explique Hélène Corneau.

Des parents rassurés

Les parents rencontrés après l'assemblée ont manifesté leur soulagement quant au scénario préconisé.

« On n'aurait pas voulu qu'ils [les enfants] soient relocalisés dans les autres municipalités, ça facilite la vie pour les parents aussi, pour le transport et tout ça », a dit une mère. La possibilité de déplacer les élèves dans les municipalités voisines de Saint-Justin ou de Louiseville avait été évoquée.

Les principaux intéressés semblent eux aussi heureux du dénouement. « J'aime Maskinongé! », a lancé la petite Félicia d'âge préscolaire, heureuse de ne pas avoir à aller à l'école à Saint-Justin.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine