Retour

Elle se fait arracher un bout d'oreille dans une bagarre à Saint-Tite

Une soirée qui avait pourtant bien commencé a viré au cauchemar pour une femme de Princeville au Centre-du-Québec. Alors qu'elle était au rodéo de nuit de Saint-Tite dans la nuit de samedi à dimanche, une escarmouche entre deux groupes a tourné au vinaigre vers 1 h 40 et la femme de 33 ans pourrait maintenant perdre une partie de son oreille.

Un texte de Catherine Bouchard

La présumée victime, Sandra Martineau, assistait à l'événement accompagnée de membres de sa famille et d'amis. Elle affirme qu'elle n'avait pas consommé d'alcool, mais chantait et s'exclamait au rythme des épreuves.

Elle aurait alors été interpellée par une dame plus âgée qui se plaignait du niveau sonore de ses exclamations. La conversation se serait rapidement envenimée, au point où le conjoint de la femme avec qui elle argumentait aurait agrippé son frère.

Lorsqu'elle a voulu s'interposer pour séparer les deux hommes, Mme Martineau aurait été projetée vers l'arrière, agrippée par les cheveux et l'oreille, par une autre spectatrice qu'elle ne connaissait pas.

« J'ai senti mon oreille se détacher. J'avais mal. Je voulais juste me déprendre. Je ne voulais même pas la toucher, je voulais simplement me déprendre », relate la femme de Plessisville, visiblement toujours ébranlée.

Après, c'est la cohue. « C'était l'horreur! J'avais mon oreille dans mes mains », continue-t-elle.

La trentenaire se rappelle que les techniciens ambulanciers l'ont rapidement prise en charge. Elle a été acheminée à l'hôpital en ambulance.

Complexité pour porter plainteÀ sa sortie de l'hôpital, elle raconte être d'abord retournée à sa roulotte à Saint-Tite, avant de se diriger vers le poste de police pour porter plainte. Or, après 1 h 15 d'attente, Mme Martineau affirme que les policiers lui auraient dit ne pas avoir d'information sur la personne l'ayant agressée ni sur la bagarre dans laquelle elle aurait été impliquée.

« Je lui dis : "Est-ce que vous avez le nom de la personne?" Le policier me répond, non, je ne suis au courant de rien », relate-t-elle.

Les policiers lui auraient alors conseillé de porter plainte près de chez elle, à Plessisville, ce qu'elle a fait.

Mme Martineau a rencontré lundi après-midi la Sûreté du Québec (SQ) à Plessisville pour déposer une plainte officielle.

La SQ a pu récupérer les informations récoltées par leurs confrères de Saint-Tite, qui ont confirmé de leur côté qu'une enquête a été ouverte le soir même des événements.

Le Festival western de Saint-Tite déplore l'incident et assure vouloir pleinement collaborer avec les policiers pour la cueillette d'information.

CraintesMme Martineau a subi une petite intervention chirurgicale pour replacer le bout d'oreille arraché. Elle s'inquiète maintenant du fait que son oreille ait changé de couleur, ce qui serait selon elle un mauvais présage. Elle craint maintenant de perdre son oreille.

La présumée victime affirme qu'elle retournera à Saint-Tite, mais n'envisage pas d'assister à un rodéo prochainement.

Plus d'articles

Commentaires