Retour

Dans l'oeil du dragon : grande visibilité pour les boissons ZENit

La Shawiniganaise Julia Grenier, créatrice de la boisson ZENit, ressort satisfaite de son passage sur le plateau de l'émission Dans l'œil du dragon, mercredi soir. Elle a réussi à convaincre la dragonne Christiane Germain d'investir 28 000 $ en échange de 35 % de son entreprise.

 L'enregistrement de l’émission a été fait il y a plus d’un mois. Depuis, Julia Grenier était impatiente d’annoncer à ses clients la bonne nouvelle. Elle observe déjà l'impact de son passage à l’émission.

« Le soir même [de la diffusion], le téléphone ne rougissait pas. C’est impressionnant de voir le pouvoir de cette émission-là! », s’étonne-t-elle.

En entrevue à l'émission 360 PM, Julia Grenier a affirmé avoir été charmée que Christiane Germain lui ait proposé son aide. « J’adore Christiane, elle m’offre exactement ce que je veux, Hallelujah! J’étais comblée! », a-t-elle pensé lorsque la dragonne a accepté son offre.

Élargir le réseau de distribution

Cette association avec la femme d’affaires qui a bâti deux chaînes d'hôtels-boutique, le ALT et le Germain, représente un énorme coup de pouce pour l’entrepreneure de 25 ans. « On était capables de faire notre petit bout de chemin comme on a fait depuis le début, c’est juste qu’avec madame Germain, je pense qu’on va y aller plus massivement », précise Julia Grenier.

Une rencontre officielle entre les deux entrepreneures est prévue en mai afin de déterminer le plan de développement des prochains mois.

La Shawiniganaise espère maintenant que ses boissons se retrouvent dans plusieurs points de vente au Québec. Elle vise le marché des stations-service et des épiceries.

Une expérience hors du commun

Julia Grenier n’a su que trois semaines avant son passage l’émission qu’elle avait été sélectionnée comme participante.

« J’ai vécu le stress avant et durant l’émission, [alors pendant] c’est comme si je n'en avais plus. Je me sentais en contrôle et je discutais avec les dragons plus qu’autre chose », se réjouit-elle. « Je pense que tout le monde devrait vivre ça parce que c’est une forme de dépassement de soi qui nous pousse à se dépasser ».

La jeune femme expliquait l’an dernier avoir choisi de créer un produit qu'elle ne trouvait pas sur les tablettes et qu’elle souhaitait voir dans les commerces.

Plus d'articles