Retour

Embauché par CGI, il choisit Shawinigan plutôt que Montréal

Montréal ou Shawinigan? Lorsque Nabil Baakili a été embauché par CGI, il avait le choix de s'établir dans l'une ou l'autre des villes. De concert avec sa conjointe, c'est dans la seconde que la petite famille originaire du Maroc a choisi de poser ses pénates.

De prime abord, Montréal semblait l'endroit tout désigné. « Je ne connaissais pas Shawinigan avant, raconte Houda Nadir, la conjointe de Nabil. L'option première était Montréal, c'est une grande métropole. »

Le couple s'est toutefois ravisé après une première visite à Shawinigan. « Ce qui s'est passé, c'est qu'on est venu en prospection avant qu'il [Nabil] commence son travail et j'ai découvert le charme de la ville », poursuit Houda.

Pour Nabil, le choix de Shawinigan s'est imposé pour plusieurs raisons. « D'abord la verdure, indique-t-il. L'accès au logement, on a fait des recherches sur le logement, c'est très abordable. L'accès à l'école, à l'hôpital... Il y a vraiment plein d'avantages, puis la carrière que m'offre CGI, c'est une carrière internationale en région. »

Un nouvel environnement professionnel également

Nabil ne travaille que depuis deux mois dans les bureaux shawiniganais de CGI à titre de directeur services-conseils. Pour un Marocain qui a déjà vécu à Monaco, Paris et Montréal avec sa famille, des ajustements sont nécessaires.

Malgré l'adaptation, Nabil affirme se sentir accueilli à bras ouverts. « D'abord quand on rencontre des gens dans la rue on a l'impression qu'on se connaît. Il y a déjà le sourire. Quand on parle, on dit qu'on est de CGI, eh bien tout le monde connaît CGI! », dit-il.

Pour le moment, Houda, qui est diplômée en finances, est à la recherche d'un emploi. Quant à Nabil, il fait partie de la première vague d'une trentaine d'employés à intégrer les bureaux de CGI, qui devraient en compter 300 d'ici 3 ans.

D'après les informations de Pierre-André Cloutier.

Plus d'articles

Commentaires