Retour

Engouement pour les écoles alternatives en Mauricie et au Centre-du-Québec

Le nombre d'écoles à vocation alternative doublera dans la région Mauricie-Centre-du-Québec dès la prochaine rentrée scolaire. Les écoles alternatives de Shawinigan et de Bécancour feront passer le nombre total d'écoles alternatives de deux à quatre dans la région.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

En plus de la Commission scolaire de l'Énergie, celle de la Riveraine a adopté mardi soir le projet d'école alternative qui était réclamé par un collectif de parents qui a vu le jour il y a quelques mois.

L'école sera située à Bécancour, au Faubourg du Mont-Bénilde. D’ailleurs, la localisation de l’école a été un défi pour la Commission scolaire.

Après avoir évalué différentes possibilités dans les locaux actuels, la direction de la Commission scolaire de la Riveraine a choisi de se tourner vers la location de locaux.

« On a des écoles qui ont des locaux disponibles, mais pas assez pour avoir une école complète », explique la présidente de la Commission scolaire de la Riveraine, Marjolaine Arsenault.

Une question de génération

Alors que l’on constate une telle offre chez nous, certaines régions de la province n’ont pas d’école alternative sur leur territoire. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de demande et ce n’est pas non plus une question géographique.

« C’est une question de génération. La plupart des parents qui m’appellent, des gens entre 30 et 40 ans, sont des gens qui ont plus d’instruction et qui ont une façon de voir l’éducation plus poussée. Ils sont plus exigeants envers le système », constate le responsable des communications du Réseau des écoles publiques alternatives du Québec (REPAQ), Pierre Chénier.

Il dit recevoir une vingtaine d’appels annuellement. Selon M. Chénier, ce modèle est de plus en plus connu.

L’école alternative c’est pour tous les enfants, mais pas pour tous les parents.

Pierre Chénier, du Réseau des écoles publiques alternatives du Québec

Pierre Chénier estime qu’environ cinq nouvelles écoles s’ajoutent au Réseau chaque année.

Selon lui, le REPAQ, qui a vu le jour en 1974, devrait compter une quarantaine d’écoles l’an prochain.

Il se désole tout de même de voir que certaines commissions scolaires refusent de tels projets présentés par des parents.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine