Retour

Fausses nouvelles et philosophie au cœur d’un nouveau festival à Trois-Rivières

Un premier festival de philosophie a lieu à Trois-Rivières au cours de la fin de semaine. Les ateliers et les conférences prévus dans le cadre de l'événement visent à rendre accessibles au grand public les questions philosophiques soulevées par des enjeux d'actualité.

Que nous apprennent les fakes news? L’émergence des fausses nouvelles, popularisées par le président américain Donald Trump, a fait l’objet d’une table ronde organisée vendredi soir dans le cadre du tout premier FestiPhilo de Trois-Rivières.

Plusieurs dizaines de personnes de tous âges se sont déplacées pour écouter et échanger avec les panélistes invités : l’ex-ombudsman de Radio-Canada Pierre Tourangeau, la codirectrice de la revue Liberté Aurélie Lanctôt et le directeur général des éditions Somme toute, Jean Pichet.

Pour Pierre Tourangeau, les fausses nouvelles sont un enjeu philosophique très actuel, autant pour les journalistes que pour le grand public.

« Avec la croissance exponentielle d’Internet, les gens ordinaires ont acquis une capacité extraordinaire de diffuser ce qu’ils pensent ou ce qu’ils veulent que les gens pensent à travers la planète », dit-il.

Le début d’une tradition?

Des événements de la sorte sont monnaie courante en Europe, mais sans pareil au Québec selon les organisateurs. Ceux-ci ne ferment d'ailleurs pas la porte à ce que le festival devienne récurrent.

« On s’était dit qu’on allait tenter l’expérience une première fois et que, si ça marchait bien, on allait renouveler l’expérience », indique Jimmy Plourde, un membre du comité organisateur.

L’événement est organisé par la Société de philosophie des régions du cœur du Québec.

Samedi, petits et grands sont invités à participer à des ateliers de philosophie pour les enfants.

Les conférences ont lieu jusqu’à dimanche au parc portuaire de Trois-Rivières.

Plus d'articles