Retour

Fermeture de l'urgence du Centre Cloutier-du Rivage : les services seraient maintenus

Les résidents du secteur du Cap-de-la-Madeleine pourront continuer de fréquenter les locaux de l'urgence du Centre Cloutier-du Rivage. Ils y recevront les mêmes services selon les mêmes heures d'ouverture. C'est ce qu'a martelé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en entrevue à Radio-Canada Mauricie.

Un texte de Sarah Désilets-Rousseau

« Cloutier ne fermera pas, ne fermera jamais. Ce n'est pas l'objectif », a fait savoir le ministre Gaétan Barrette. Toutefois, les médecins qui recevront la population ne seront plus des urgentologues, mais des médecins provenant du Groupe de médecine familiale (GMF) du Cap-de-la-Madeleine, a-t-il expliqué.

La fermeture de l'urgence avait été évoquée, vendredi, lors d'une rencontre entre le PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Martin Beaumont, et le personnel de l'urgence. Or, même si l'urgence fermera dans les faits, les services eux, demeureront, indique le ministre.

« À Cloutier-du Rivage, il y aura donc des services de priorité quatre et cinq qui seront offerts à la population, avec une équipe multidisciplinaire qui inclura donc des médecins », fait valoir le ministre. Les cas les plus urgents sont d'ailleurs actuellement transférés au centre hospitalier de Trois-Rivières, puisque l'urgence du centre Cloutier-du Rivage n'est pas dotée d'un bloc opératoire ni des équipements nécessaires aux cas les plus périlleux.

Pierre-Michel Auger soulagé

Le député de Champlain n'avait pas caché sa colère, vendredi. Pierre-Michel Auger se dit aujourd'hui heureux pour la population.

« Ce que j'ai toujours demandé depuis trois ans, c'est qu'il n'y ait pas de fermeture et que les gens qui proviennent du bas du Cap-de-la-Madeleine continuent d'avoir des services », a-t-il fait valoir.

La partie n'est pas gagnée

De son côté, le PDG du CIUSSS MCQ, Martin Beaumont, a fait valoir que la fermeture a été évoquée en toute transparence vendredi, en répondant à une question du personnel lors d'une visite du centre hospitalier.

Mais ce n'était là qu'un des scénarios envisagés, puisqu'il dit s'être engagé auprès du ministre Barrette à conserver les services de proximité aux résidents du Cap-de-la-Madeleine.

Pour le moment, Martin Beaumont n'a pas le pouvoir d'obliger les médecins du GMF à offrir des services au Centre Cloutier-du Rivage. « Dans les différents scénarios, il y a des variables que l'on contrôle un peu moins. Moi je ne peux pas obliger, à ce moment-ci, personne à aller travailler dans un GMF ou ailleurs », a-t-il indiqué.

Le projet de loi 130, déposé en décembre par le Dr Gaétan Barrette, pourrait lui donner ce pouvoir.

Martin Beaumont dit toutefois espérer sincèrement trouver une solution consensuelle.

« C'est sûr et certain que le projet de loi 130 va devenir un levier intéressant pour nous, mais, somme toute, ce qui est le plus intéressant, c'est quand on est en mesure d'obtenir ces choses-là sur du gros bon sens et dans un consensus. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine