Retour

Fini les sketches à l'École internationale de français de l'UQTR

Les moniteurs de l'École internationale de français de l'UQTR ne pourront plus faire de sketches lors des « infos week-end », ces séances d'information qui abordent divers thèmes, notamment la sécurité.

Un texte de Marie-Eve Cousineau

C'est ce qu'a annoncé le directeur de l'École internationale de français de l'UQTR, Daniel Lavoie, lors d'une assemblée générale du programme d'immersion française Explore. Environ 50 étudiants, sur les 200 de la cohorte actuelle, y ont assisté.

Daniel Lavoie a prononcé son allocution en français et en anglais - fait exceptionnel pour ce programme d'immersion française. Il a fait ses excuses aux étudiants « blessés ou affectés » par le sketch sur la drogue du viol qui, reconnaît-il, « était de mauvais goût ».

Jeudi, une pétition dénonçant ce sketch, et plus largement la façon dont l'École aborde le thème des agressions sexuelles, a été mise en ligne. Elle a récolté jusqu'à présent plus de 270 signatures.

Gaelan Martin-Timms s'est aussi dite choquée par le sketch durant lequel un personnage masculin met de la drogue dans les verres de plusieurs jeunes femmes. « Les femmes [droguées] sont couchées par terre et l'homme prend les filles et les tire de l'autre côté, [donnant] l'impression qu'il va les violer », dit Gaelan Martin-Timmins.

Des étudiants déçus

À leur sortie de l'assemblée générale, plusieurs étudiants se sont toutefois dits déçus que la direction de l'École internationale de français mette fin aux sketches. Certains sujets, disent-ils, se prêtent bien à cette formule.

Gaelan Martin-Timms craint aussi que les féministes soient montrées du doigt pour l'abolition des sketches. « Les sentiments anti-féministes commencent avec des actions comme [celles-ci]. Maintenant, tous les autres étudiants, qui n'étaient pas ici aujourd'hui, vont penser que c'est notre faute. »

Tous les étudiants interrogés ont toutefois souligné la rapidité avec laquelle l'UQTR a réagi à la suite de la rencontre d'hier entre la direction de l'École et une vingtaine d'étudiants. Outre le sketch sur la drogue du viol, plusieurs sujets y ont été abordés, notamment la sécurité dans les résidences, le harcèlement, les comportements racistes, etc. 

Plus d'articles

Commentaires