Retour

Fluoration de l'eau potable à Trois-Rivières : la population doit-elle être consultée?

Rencontré récemment par la Coalition trifluvienne pour une eau très saine (CTETS), le conseiller municipal du district Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin, se demande si la population ne devrait pas être consultée.

Après avoir voté pour un projet en février 2014, tout comme huit autres conseillers municipaux, il commence à douter.

« Ce qui commence à être questionnable, c'est l'ampleur de la réaction, les gens qui questionnent, est-ce qu'on doit pas consulter la population? Moi j'ai toujours été pour la consultation. À l'époque ce n'est pas ce qui a été décidé au conseil municipal, mais je crois qu'il faut se reposer la question », explique Jean-François Aubin.

Ce dernier prendra d'ailleurs le pouls de ses collègues du conseil municipal au cours des prochaines semaines en vue de ramener la discussion au sein de certains comités de travail.

Après Jean-François Aubin et Jeannot Lemieux, conseiller municipal du district des Vieilles-Forges, que nous n'avons pas pu joindre pour obtenir ses commentaires, la Coalition Trifluvienne pour une eau très saine prévoit rencontrer les autres conseillers municipaux de Trois-Rivières qui ont voté pour la fluoration de l'eau potable. Sabrina Lemieux, conseillère municipale du district du Sanctuaire, est la prochaine sur la liste.

Récemment élu à la suite de la mort subite de Jean Perron, le nouveau conseiller municipal dans Châteaudun, Luc Tremblay, a d'autre part déjà fait savoir qu'il était contre la fluoration de l'eau potable, tout comme son prédécesseur. Monsieur Tremblay a affirmé, au lendemain de son élection en juillet dernier, qu'il souhaitait relancer le débat au conseil municipal, et ce, même si la majorité des conseillers ont voté en sa faveur.

Encore des appuis

Pendant ce temps, les opposants continuent de récolter des appuis sur le terrain. La Coalition trifluvienne pour une eau très saine (CTETS) affirme que 95 % des gens rencontrés signent la pétition et qu'avec plus de temps et de moyens, ils auraient bien plus que les quelque 14 000 noms recueillis jusqu'à maintenant.

En conférence de presse mardi matin, la coalition et les opposants à la fluoration de l'eau potable ont dénoncé ce qu'ils qualifient d'absence d'écoute de la part de plusieurs élus municipaux.

Si le processus se déroule comme prévu, l'eau sera à nouveau fluorée à compter de janvier 2016.

Plus d'articles

Commentaires