Retour

Fred Pellerin à la défense de l'école publique

Le conteur Fred Pellerin et sa famille ont pris part mardi matin à une chaîne humaine entourant l'école primaire de Saint-Élie-de-Caxton. En entrevue à l'émission radiophonique Chez nous le matin, il a dénoncé les compressions budgétaires en éducation.

Partout au Québec, des milliers de parents ont participé au mouvement « Je protège mon école publique! » mardi. Des chaînes humaines ont été formées autour de quelque 200 écoles, dont deux en Mauricie et quatre au Centre-du-Québec.

À Saint-Élie-de-Caxton, une centaine de parents, accompagnés de leurs enfants, et d'enseignants se sont mobilisés pour l'occasion. Le maire du village et des conseillers municipaux étaient aussi présents. 

Fred Pellerin déplore que les élèves soient devenus « des pions [...] qu'on change de place ». L'éducation, dit-il, constitue un investissement et non une dépense gouvernementale. Elle doit être « sacrée », comme la santé, ajoute-t-il.

Le village de Saint-Élie-de-Caxton a dû se battre périodiquement dans le passé pour assurer la survie de son école. Dernièrement, des parents ont craint que leurs enfants soient forcés de faire leur entrée à la maternelle dans une école du village voisin, Charette. Une nouvelle classe de maternelle a finalement été créée.

Saint-Élie-de-Caxton a attiré plusieurs jeunes familles au cours des dernières années. Le village, popularisé par Fred Pellerin, a connu un boom démographique.

Pour écouter l'entrevue de Fred Pellerin à l'émission Chez nous le matin, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires