Retour

Gala Radison : le jury défend des choix controversés

L'attribution du prix Personnalité d'affaires masculine de l'année à Denis Roy, qui a récemment annoncé la faillite de son entreprise de communications Egzakt, a fait beaucoup de vagues à la suite du Gala Radisson de vendredi dernier.

Le président du jury Frédéric Laurin a dû fournir publiquement certaines explications dans les jours qui ont suivi la remise de prix organisée par la Chambre de commerces et d'industries de Trois-Rivières.

En entrevue à l'émission Chez nous le matin, Frédéric Laurin a justifié le choix de Denis Roy par son implication dans la communauté et par le rayonnement de ses projets au-delà de Trois-Rivières. Il a toutefois convenu que le choix du jury avait été fait le 9 décembre, soit avant l'annonce de la faillite d'Egzakt. Le président du jury a contacté la Chambre de commerce après avoir appris ce développement; le jury a néanmoins choisi de maintenir le prix.

Le professeur d'économie à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) rappelle que le jury du Gala Radisson se prononce sur des candidatures suivant une série de critères prédéterminés (disponibles sur le site de la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières).

Avant même la controverse entourant le choix de Denis Roy, Frédéric Laurin rapporte que le jury avait recommandé aux organisateurs du gala de demander à ce que les dossiers de candidature pour les prix Personnalités d'affaires masculine et féminine soient dorénavant bonifiés.

D'autres choix remis en question

Un autre choix qui a fait grincer des dents a été celui de l'Entrepôt de la lunette comme Nouvelle entreprise de l'année. Le président de l'entreprise, Daniel Beaulieu, a déjà connu la faillite par le passé avec une autre entreprise et aurait eu un litige avec IDÉ Trois-Rivières. Frédéric Laurin rappelle que l'Entrepôt de la lunette, elle, n'a pas connu de déboires financiers, et qu'elle était la mieux placée pour remporter le prix à la lumière des dossiers fournis.

L'Amphithéâtre Cogeco, qui a remporté le prix de Coup de cœur - Fierté régionale, aurait dû aussi mettre la main sur le prix d'Industrie touristique de l'année, a déclaré le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque. C'est plutôt Boréalis qui s'est vu décerner ce prix, un choix que le président du jury a vu s'imposer de lui-même. « Les cinq membres du jury ont convergé sur ce gagnant. [...] Ce n'est pas qu'une question du nombre de touristes (qu'attire l'industrie en question), ce sont aussi d'autres choses », rappelle Frédéric Laurin.

Plus d'articles