Retour

Grève déclenchée à la scierie de La Tuque

La majorité des 110 travailleurs de la scierie de Produits forestiers Résolu à La Tuque, en Haute-Mauricie, a voté vendredi en faveur du déclenchement immédiat de la grève. Les offres patronales ont été rejetées.

Un texte de Marilyn Marceau

Selon le Syndicat des travailleurs de la scierie de Rivière-aux-Rats, ce qui a convaincu les membres de rejeter les offres patronales est le grand écart entre la hausse de salaire offerte par la direction de l'entreprise et celle demandée par le syndicat affilié à la CSN. 

Les dirigeants du syndicat ont présenté les dernières offres patronales vendredi après-midi dans le cadre d'une assemblée générale. Ils ont suggéré à leurs membres de rejeter les offres, ce qui a été appuyé à 92 %, et de déclencher la grève immédiatement, ce que 89,7 % des travailleurs ont accepté .

L'entreprise Produits forestiers Résolu n'a pas voulu commenter les résultats vendredi soir. 

Les travailleurs de la scierie de Rivière-aux-Rats sont sans contrat de travail depuis 14 mois. Produits forestiers Résolu confirme que six jours de négociations se sont tenus entre les deux parties. La dernière rencontre a eu lieu jeudi soir.

En plus des quelque 110 employés dans l'usine, la scierie fournit de l'emploi à environ 180 travailleurs en forêt.

Le salaire : point en litige

Le syndicat affirme que les travailleurs méritent une augmentation salariale, car des employés de la même entreprise ailleurs ont un meilleur revenu que ceux de La Tuque. Certains gagnent 20 % de plus qu'eux, affirme Herman Martel, qui précise que le syndicat demande un rattrapage moins élevé que ces 20 %.

Le salaire moyen d'un travailleur à l'usine de Rivière-aux-Rats varie entre 15,50 $ l'heure et 22 $ l'heure, alors que pour des métiers équivalents ailleurs, certains peuvent gagner jusqu'à 27 $ l'heure, selon le syndicat.

« Depuis au moins 10 ans, on fait des concessions », ajoute le président du syndicat de la scierie, Herman Martel.

L'usine a connu des fermetures temporaires dans la dernière année en raison du ralentissement des activités. La dernière de ces fermetures a débuté à la mi-décembre et a duré environ six mois.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine