Retour

Groupe RCM : le manque de transparence dénoncé à l'approche de l'assemblée générale

L'ancien président du Groupe RCM, Jean-Guy Doucet, dénonce les circonstances entourant l'assemblée annuelle du groupe RCM, qui doit avoir lieu vendredi.

Un texte de Marie-Claude Julien

Il explique avoir remarqué au cours des trois derniers mois une hausse significative du nombre de nouveaux membres, qui pourront élire le prochain conseil d'administration.

Jean-Guy Doucet se demande si Yvon Picotte, président de Groupe RCM, et Guy Julien, administrateur, n'auraient pas orchestré l'arrivée de nouveaux membres sachant qu'ils obtiendraient leur vote lors de l'assemblée annuelle de vendredi.

Une hausse spectaculaire du nombre de membres

En juin dernier, on dénombrait 165 membres ayant droit de vote aux assemblées de RCM. La plus récente liste fait état de 219 membres, une hausse de plus de 30 %.

L'ancien directeur général du Groupe RCM, Michel Camirand, et Jean-Guy Doucet trouvent cette augmentation anormalement élevée. Michel Camirand affirme qu'il y avait habituellement entre cinq et huit nouvelles demandes par année.

Michel Camirand et Jean-Guy Doucet dénoncent aussi l'arrivée de cinq membres de la haute direction de Soleno. Ils estiment qu'il y a là apparence de conflit d'intérêts.

Soleno Recyclage est une entreprise détenue à 40 % par Groupe RCM et à 60 % par Soleno inc. C'est au sein de cette entreprise que se transige le prix des flocons de plastique produits par les employés de Groupe RCM et vendus à l'entreprise Soleno inc.

Yvon Picotte réfute ces allégations

Joint par téléphone, Yvon Picotte nie avoir tenté de quelque manière que ce soit de gonfler les rangs des membres du Groupe RCM pour que Guy Julien et lui-même puissent demeurer à sa tête, et, de surcroît, demeurer à la tête de Soleno Recyclage pour y recevoir les jetons de présence (d'une valeur annuelle d'environ 9000 $ en plus d'une allocation de dépense).

Il explique que peu importe ce qu'il aurait choisi, on le lui aurait reproché. « Il n'y a eu aucun paquetage », s'objecte Yvon Picotte. « (Jean-Guy Doucet) viendra blâmer les 31 employés qui ont demandé leur carte de membre pour s'occuper de leurs affaires. Si ça s'appelle respecter les employés de RCM, on repassera. Il serait mieux de s'occuper de Moisson Mauricie, là-bas, il y a beaucoup d'ouvrage. »

Yvon Picotte ajoute que s'il avait refusé ces nouveaux membres, on le lui aurait sans doute reproché.

Mystère entourant les candidatures

Jean-Guy Doucet dénonce également le fait que l'identité des personnes ayant déposé leur candidature pour l'élection du nouveau conseil d'administration ne soit pas rendue publique.

Michel Nadeau, directeur général de l'Institut de la gouvernance du Québec, appuie les propos de Jean-Guy Doucet. Il explique qu'il est inhabituel qu'on garde confidentielle cette information alors que les membres ont un choix à faire au cours des prochains jours.

« On doit donner la liste des candidats pour que les membres puissent se faire une tête sur les gens qu'ils auront à élire », croit Michel Nadeau. « Le fait que, dans une période de turbulence, on ne donne pas le nom des personnes candidates, qu'on va les donner sur place et que sur place il y aura beaucoup de nouveaux visages puisqu'on a recruté intensivement, ça ne présage rien de bon. »

Plus d'articles

Commentaires