Retour

Groupe Rémabec offre de la formation spécialisée à la communauté atikamekw de Wemotaci

Trouver de la main-d'oeuvre qualifiée n'est pas chose facile et ça l'est encore moins en territoires éloignés. L'entreprise Rémabec a trouvé un moyen de répondre à ses besoins grâce à une collaboration avec la communauté atikamekw de Wemotaci en développant un programme de formation spécialisée.

Un texte de Marie-Ève Trudel

L'entreprise forestière basée à La Tuque a d'importants besoins en main-d'oeuvre à son usine de sciage Arbec, dans le secteur de Parent, dans les domaines de l'affûtage, de la mécanique d'entretien, du camionnage et de l'électricité.

« Il y a eu beaucoup de mouvements de main-d'oeuvre vers la ville, explique le président et chef des opérations du Groupe Rémabec, Réjean Paré. On ne suffit plus à transformer notre bois directement chez nous à Parent donc ce qu'on veut, c'est ramener de l'emploi à Parent avec de la formation spécialisée, de la main-d'oeuvre spécialisée ».

Il y a actuellement une trentaine d'emplois à combler, dont la rémunération se situe entre 20 à 30 dollars de l'heure.

La première cohorte sera composée d'une trentaine de travailleurs et sera formée dès l'automne en vue de travailler à l'usine de sciage en 2017.

Mission accomplie pour le conseil de Wemotaci

Grâce à la collaboration, le Conseil des Atikamekw de Wemontaci espère améliorer le bien-être économique des membres de la communauté. C'est l'objectif qui a été fixé par le nouveau conseil de bande élu en avril 2015. 

Le conseil a contacté une poignée de compagnies forestières pour faire un partenariat et Rémabec a répondu positivement.

Fait assez rare, ce sont les formateurs qui iront directement dans la communauté pour la formation théorique et non pas le contraire. Cela évitera les multiples déplacements dans le secteur de Parent, qui est situé à environ trois heures de route de Wemotaci.

Par le passé, des travailleurs de Wemotaci sont allés travailler à Parent, mais faute de logements et de transports, l'expérience ne s'est pas déroulée tel que souhaité. « Ils ont comme abandonné au fur et à mesure », se désole le chef de la communauté atikamekw de Wemotaci, François Néashit. 

La situation est toute autre dans le cadre du partenariat avec Rémabec. « Quand la formation va se donner, le logement va être assuré sur place et après leur formation, ça va être le même logement où ils vont pouvoir résider », dit François Néashit.

Et l'usine de biocarburant de Parent?

Le projet d'usine de biocarburant de Rémabec à Parent, dont l'investissement se chiffre à 10 M$, est de plus en plus probable. Des annonces sont à venir très prochainement à ce sujet.

Rémabec soutient qu'il pourrait y avoir d'éventuelles possibilités de collaboration avec la communauté de Wemotaci. La collaboration devrait durer tant que les besoins seront existants a affirmé Réjean Paré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine