Retour

Huit fois moins de constats pour l'arrosage illégal à Trois-Rivières

Les règles entourant l'arrosage ont beau être plus strictes à Trois-Rivières, il n'y a pas plus de contraventions pour autant. La Ville de Trois-Rivières a remis 49 constats d'infraction cet été. En 2014, la patrouille chargée de pincer les propriétaires délinquants avait distribué 383 contraventions, soit huit fois plus que cette année.

Un texte de Maude Montembeault

 

Depuis 2015, la Ville de Trois-Rivières a adopté une nouvelle réglementation pour encadrer l'arrosage. Des gicleurs sont maintenant permis partout sur le territoire et la durée permise pour l'arrosage est passée de 90 à 60 minutes. Même si le temps autorisé est réduit, il y a moins de constats d'infraction. C'est parce que les agents ont reçu l'instruction de la Ville de moins sévir qu'auparavant.

Les agents n'ont donc pas remis systématiquement des billets d'infraction comme les années passées. Ils ont remis un avertissement et seulement les récidivistes recevaient un constat.

Ce sont cinq étudiants en techniques policières qui composent la brigade et la Ville dépense 25 000$ par été pour la mettre en place dont la majeure partie va aux salaires. Considérant qu'une contravention coûte 150$ dont 50$ en frais administratifs, ce sont 100$ par constat qui reviennent dans les poches de l'administration municipale. Ainsi, la Ville a récupéré 4 900$ en 2015. Le programme ne fait donc pas ses frais.

Météo en cause ?

Le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières avance aussi que le nombre élevé de journées pluvieuses cet été pourrait avoir eu un impact. Or, selon Environnement Canada, les précipitations à Trois-Rivières ont été moins élevées en juin, en juillet et en août comparativement aux moyennes des années antérieures.

Les trifluviens consomment de moins en moins d'eau 

La Ville de Trois-Rivières a entrepris de réduire sa consommation d'eau potable. Ses efforts portent fruit. Depuis 2011, la consommation d'eau par trifluvien a diminué, passant de 461 à 409 litres par citoyen, en 2014. Trois-Rivières se classe au dessus de la moyenne québécoise de 596 litres par personne, en 2013.

Par contre, le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire du Québec indique que les pertes d'eau potentielles, l'équivalent de fuites d'eau, sont en augmentation à Trois-Rivières, passant de 15% en 2011 à 22,7% en 2013.

Objectifs ministériels

Le ministère a entrepris de réduire d'au moins 20 % la quantité d'eau moyenne distribuée par personne pour l'ensemble du Québec par rapport à l'année 2001, réduire le taux de fuites pour l'ensemble des réseaux d'aqueduc à un maximum de 20 % du volume d'eau distribué et à un maximum de 15 mètres cubes par jour par kilomètre de conduite.

Plus d'articles

Commentaires