Retour

Hydro-Québec met ses installations à contribution pour prévenir les inondations

Alors que le printemps approche, Hydro-Québec se prépare déjà en vue de la crue des eaux sur la rivière Saint-Maurice et son bassin versant pour prévenir les inondations.

La société d'État a tenu jeudi une rencontre d'information pour expliquer aux municipalités comment elle gère la situation.

Hydro-Québec a expliqué avoir procédé à la vidange habituelle de ses réservoirs, comme celui de Gouin, en janvier dernier.

Parmi les équipements dont dispose Hydro-Québec, certains peuvent limiter le débit des cours d’eau. C’est le cas de la centrale de Rapide-Blanc, en Haute-Mauricie, et des barrages de la Manouane A, B et C, dans Lanaudière et en Mauricie, par exemple.

Par contre, les autres centrales sur la rivière Saint-Maurice ne peuvent contenir le débit de la rivière. Ces centrales, dites au fil de l’eau, ont été conçues pour produire de l’électricité à même le débit naturel de la rivière.

« Ces centrales ne peuvent retenir l’eau comme le font les ouvrages de retenue qui forment un réservoir, précise Martin Hallée, ingénieur à Hydro-Québec. Nous ne pouvons donc pas, par exemple, fermer les vannes de l’évacuateur de crues de la centrale de La Tuque ou de celles de la centrale du Rocher-de-Grand-Mère pour et empêcher la crue d’atteindre les riverains. Il n’y a pas de réservoir. L’eau contournerait nos installations, ou passerait par-dessus. »

Avec ses installations, Hydro-Québec a un impact limité sur une partie de l’eau qui circule sur le territoire. « En Mauricie, par exemple, seulement quatre gouttes d’eau sur dix passent par nos réservoirs. C’est donc dire que nous n’avons aucune influence sur 60 % de l’eau qui passe dans la rivière Saint-Maurice », souligne Martin Hallée.

À quoi s’attendre au printemps 2018?

La société d'État dit avoir observé cette année un couvert de neige légèrement supérieur à la moyenne, mais inférieur à celui de l'an dernier. C'est cependant la météo printanière qui sera le facteur déterminant.

Le directeur régional de la Sécurité civile, Sébastien Doire, était de la rencontre avec Hydro-Québec jeudi. Côté météo, il espère qu’il y aura moins de pluie et de variations de température que dans les dernières années.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards