Retour

« Il reste une plaie », dit l'ex-rectrice de l'UQTR, Nadia Ghazzali

Pour la première fois depuis l'annonce de sa démission le 27 mai dernier, l'ex-rectrice de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Nadia Ghazzali, a accepté de revenir sur son mandat et les raisons qui ont entraîné son départ.

Un texte de Frédéric Laflamme

« Je suis sereine en vous parlant aujourd'hui », dit d'emblée Nadia Ghazzali, même si elle admet que les circonstances de son départ ont laissé une plaie.

Au cours de son mandat de 40 mois, l'UQTR a connu des problèmes organisationnels. Des voix se sont élevées pour contester son leadership. Nadia Ghazzali soutient que ce mouvement de contestation est l'œuvre d'une poignée d'individus.

Ces quelques personnes lui auraient tourné le dos après qu'elle ait refusé un poste à l'une d'entre elles. « Apparemment des promesses de mon prédécesseur », explique-t-elle.

Nadia Ghazzali croit que de ne pas être issue de l'UQTR a rendu son intégration difficile. Selon elle, certains, en coulisses, ont même attribué son style autoritaire à ses origines marocaines.

Une entrée en fonction difficile

Lorsque Nadia Ghazzali a pris les rênes de l'université, l'équipe de haute direction traversait une période de turbulences, selon elle.

Elle aurait aimé être mise au courant dès le départ. Pourtant, le recteur par intérim de l'époque, André Paradis, qui l'a accompagné pendant un mois pour le transfert des dossiers, ne l'aurait jamais prévenue.

Sur son style de gestion, Nadia Ghazzali se contente de rappeler qu'elle a pris tous les blâmes lors du dépôt du diagnostic organisationnel de Raymond Chabot Grant Thornton et du rapport de la Vérificatrice générale du Québec. En mai 2015, le ministre de l'Éducation ne lui accordait plus sa confiance et elle a été forcée de remettre sa démission.

À l'UQTR comme professeure

Au terme de son mandat de rectrice, Nadia Ghazzali a accepté un poste de professeure au département de mathématique et d'informatique. Elle affirme que son arrivée au sein du corps professoral a été généralement bien accueillie.

Nadia Ghazzali dit avoir ressenti la satisfaction du travail accompli. « Je sais que j'étais capable, avec l'expérience que j'ai, avec mon charisme, avec mon leadership, avec ma vision, d'apporter quelque chose à l'UQTR. »

Elle cite au chapitre de ses accomplissements le plan stratégique institutionnel 2015-2020 qui a été adopté par l'institution.

Plus d'articles

Commentaires