Retour

« Il semble y avoir une ouverture », dit le chef autochtone Ghislain Picard

Le chef régional de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, s'est montré encouragé après une rencontre avec des représentants du gouvernement provincial qui s'est déroulée à huis clos, lundi, à Wendake, dans le but de rétablir la confiance entre les communautés autochtones et les corps policiers.

Le ministre québécois de la Sécurité publique par intérim, Pierre Moreau, et celui des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, étaient présents.

Les chefs autochtones veulent obtenir une garantie que la situation va changer afin qu'une crise comme celle de Val-d'Or ne se reproduise pas. Ils veulent savoir s'il existe une culture, à l'intérieur de la SQ, qui fait que l'application de la loi est différente quand les communautés autochtones sont concernées.

Proposition du gouvernement

Le gouvernement a fait une proposition aux chefs autochtones par l'entremise des deux ministres présents. Il leur propose d'établir un lieu de dialogue permanent pour partager informations et compétences. Le ministre Moreau a refusé d'en dire davantage sur cette offre, il préfère attendre d'avoir la réponse des communautés autochtones.

Les chefs ont pour leur part demandé au gouvernement de pouvoir participer à l'enquête de la SPVM sur les évènements de Val-d'Or en intégrant des forces policières autochtones à l'équipe d'enquêteurs. Le chef Ghislain Picard dit avoir senti une ouverture à ce sujet.

Les événements de Val-d'Or ont miné leur confiance envers les autorités policières. Le chef de la communauté innue de Matimekush-Lac-John, Réal McKenzie, croit qu'il y a beaucoup de travail à faire pour rebâtir cette confiance.

La confiance entre les communautés autochtones et les corps policiers a été brisée à la suite des révélations de l'émission Enquête selon lesquelles plusieurs femmes autochtones de Val-d'Or auraient été victimes d'agressions physiques et sexuelles de la part d'agents de la Sûreté du Québec.

La rencontre de lundi faisait suite à celle du 4 novembre entre le premier ministre Couillard et les chefs autochtones.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine