Retour

Il y a 20 ans : Cap-de-la-Madeleine aidait Iberville dans la crise du verglas

Cap-de-la-Madeleine avait été jumelée à la Ville d'Iberville lors de la crise du verglas, il y a 20 ans. Des centaines de bénévoles avaient prêté main-forte à la municipalité.

Alain Croteau, à l'époque maire de Cap-de-la-Madeleine, se rappelle très clairement de la désolation qu'il a aperçu dans le triangle du verglas.

« Les poteaux étaient couchés sur le côté. Les fils électriques pendaient. C'était vraiment impressionnant », relate M. Croteau.

Il y a 20 ans, il avait reçu un appel à l'aide de Jean Rioux, un Madelinois d'origine, qui était maire d'Iberville, une petite municipalité de la Montérégie.

L'ancien maire y a répondu spontanément.

« Moi, j'ai lancé l'appel à nos gens des travaux publics, aux gens des loisirs, aux gens du communautaires, pour dire : " Qu'est-ce qu'on peut faire pour Iberville? " Rapidement, tout le monde s'est levé pour dire oui, on peut envoyer des gens », se remémore M. Croteau

En tout, ce sont près de 300 bénévoles qui se sont rendus par autobus à Iberville et à Saint-Atanase pour prêter main-forte aux sinistrés.

Alors agent de communication à la ville de Cap-de-la-Madeleine, Sébastien Turgeon avait la tâche de coordonner les bénévoles et de s'assurer qu'ils étaient utiles.

« On a coordonné des gens qui étaient à la cuisine, dans les écoles secondaires, les centres d'hébergement, des gens qui ont donné du bois, des électriciens, plusieurs corps de métiers, des infirmières également », raconte M. Turgeon.

Une solidarité qui a aidé Iberville à se relever de la crise. Les deux hommes en gardent aujourd'hui un souvenir impérissable.

« Ça a mis des images fortes dans nos têtes ce verglas-là, mais des belles images également de solidarité », affirme M. Turgeon.

Avec des informations de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité